L'essentiel

Touche pas à ma zone humide

Véritables réservoirs de biodiversité, les zones humides occupent une place prépondérante dans l'équilibre fragile de notre environnement. Mais elles sont menacées par l’intensification des pratiques agricoles, des aménagements hydrauliques inadaptés, la pression de l’urbanisation et les infrastructures de transport.

Une zone humide est un espace de transition entre l’eau et la terre. Si certaines d’entre elles, comme les mares ou les marais mouillés, sont facilement reconnaissables, la définition et la délimitation précises de ces milieux restent complexes, notamment en raison de leur grande diversité et de leur caractère « fluctuant ». La submersion des sols, la salinité de l’eau ou leur composition en nutriments varient continuellement. Ces fluctuations dépendent des conditions climatiques, de la position géographique, de la topographie ou encore du type de sol (nature, profondeur, couverture). Extrêmement riches en termes de biodiversité, ces espaces génèrent des services environnementaux indéniables.

Une zone humide où ?

Les tourbières, marais littoraux, sansouïres (en zones de delta, comme en Camargue), plaines et forêts alluviales, etc. sont des zones humides naturelles. D’autres sont altérées (travaillées ou modifiées par l’homme) et subissent des pressions liées à l’agriculture, à l’étalement urbain, aux décharges sauvages ou encore aux remblaiements. La présence de roseaux, de certains types d’arbres, les périodes d’inondation permettent aux experts de savoir si une zone altérée est toujours une zone humide. Quand ces caractéristiques ne sont plus visibles, une analyse pédologique par carottage permet alors d’évaluer les fluctuations de la présence de l’eau.

La France des zones humides

Il n’existe aucun inventaire exhaustif des zones humides françaises. Seuls les sites Ramsar, répertoriant les zones humides d’importance internationale sont recensés : en 2016, la France répertorie 44 zones humides de ce type en métropole et en Outre-mer, pour une superficie totale de plus de 3,5  millions d’hectares. La plupart de ces sites ont été créés sur des aires déjà protégées en totalité ou en partie par d’autres statuts (Parc naturel régional, réserve de chasse, site du Conservatoire du littoral ou Natura 2000, etc.). La baie du Mont-Saint-Michel, le Marais poitevin, la Camargue ou encore les rives du Lac Léman, sont autant d’espaces à découvrir ou à redécouvrir bottes aux pieds ! [Les sites internet des DREAL, dits « CARMEN », répertorient les zones humides en France, même si la délimitation de ces milieux est un travail constant, qui n’est pour l’instant réalisé qu’en partie.]

Des réservoirs de la biodiversité

Les zones humides, réservoirs de biodiversité animale et végétale, se caractérisent par des espèces propres à ces milieux. Elles abritent aussi des espèces venues d’ailleurs comme, de façon temporaire, des oiseaux migrateurs qui s’y reposent ou se reproduisent. Il est impossible de dresser une liste exhaustive des espèces présentes dans les zones humides tant elles sont nombreuses et diversifiées. L’annexe II.2.1 de l'arrêté du 24 juin 2008, qui précise les critères de définition et de délimitation des zones humides, mentionne 775 espèces et 26 sous-espèces végétales. En France, selon l’Office national de l’eau et des milieux aquatiques, 30 % des espèces végétales remarquables et menacées vivent dans les milieux humides et environ 50 % des espèces d'oiseaux dépendent de ces zones.

Théoriquement protégées, vraiment menacées

Au cours du 20ème siècle, près de 67 % de zones humides ont été détruites - 50 % entre 1960 et 1990 -, notamment en raison de l’intensification de l’agriculture, de l’urbanisation ou de la pollution. Si la situation semble se stabiliser, les tourbières par exemple restent en danger. Ces milieux, abri et ressource alimentaire pour la faune et la flore, rendent de nombreux services environnementaux. Pour leur protection, 2 réglementations ont été mises en place. L’une européenne, datant de 2000, la Directive Cadre sur l’Eau (DCE), l’autre nationale, : les Schémas Directeurs d’Aménagement et de Gestion des Eaux (SDAGE). Désormais l’altération, la dégradation ou la destruction de zones humides dans le cadre de la réalisation d’un aménagement doit faire l’objet d’une autorisation et ces atteintes doivent être compensées si on ne peut les éviter ou les réduire.

Les reins de la nature

Filtres naturels des bassins versants, les zones humides sont les « reins » de la nature. Elles reçoivent des éléments minéraux et organiques, les emmagasinent, les transforment et/ou les retournent à l'environnement. Véritables « éponges naturelles », les zones humides reçoivent l’eau en surabondace, la stockent et, si besoin, la restituent aux milieux en cas de manque. Une fonction qui s’avère essentielle lors d’évènements météorologiques exceptionnels (inondations ou sècheresse). Les conditions hydrologiques et chimiques régnant dans les milieux humides permettent un développement extraordinaire de la vie. Ces réservoirs de biodiversité sont à la frontière de deux écosystèmes, entre un milieu sec comme une prairie ou un pré et un milieu humide comme un lac ou la mer. Les zones humides possèdent par ailleurs leur propre biodiversité et peuvent constituer des étapes pour le cycle de vie de certaines espèces.

Des espaces productifs

Les zones humides ont également un impact positif sur les activités humaines par la production de matières premières. Milieux ennoyés riches en nutriments, leur activité biologique est telle qu’ils se retrouvent parmi les espaces les plus productifs au monde en termes de matière organique, notamment pour les marais littoraux, étangs, forêts humides, ou roselières. Cette productivité constitue un atout économique majeur, particulièrement pour l’agriculture, la sylviculture, l’aquaculture, mais aussi pour la construction (bois, roseaux, etc.). ans un contexte de changements climatiques avérés, elles peuvent réguler des phénomènes météorologiques exceptionnels et atténueraient ainsi les effets des modifications du climat.

FNE se mobilise

Baie de Somme, Camargue, Marais poitevin, mangroves du Grand Cul-de-Sac Marin en Guadeloupe…  FNE toute entière se mobilise pour toutes les zones humides. Les associations du mouvement mènent un important travail d’inventaire et de suivi naturalistes. Elles sensibilisent le grand public sur ces espaces exceptionnels, les défendent dans les commissions et instances de décision, dénoncent et alertent les pouvoirs publics lorsqu’ils sont menacés et sont présentes en cas de destruction ou d’atteintes. FNE apporte à ses associations un soutien technique et juridique, comme à Sivens. Mais la zone humide du Testet n’est malheureusement pas la seule à avoir été détruite et bien d’autres risquent encore de disparaître comme à la Réunion avec la construction de la nouvelle route du littoral ou à Canapville, dans le Calvados, où le tracé d’une déviation passe en plein milieu du marais de la Touque. FNE et la FRAPNA Isère, association membre de FNE, s’engagent dans la défense de la zone humide située sur le périmètre du projet du Center Parcs à Roybon (Isère). Ce projet touristique engendrerait la destruction de plus de 100 ha de zone humide.

Et maintenant ?

Un important travail est également mené au sein des instances de décision ou dans les groupes de travail nationaux. Dans les comités de bassin, là où les politiques de l’eau se décident à l’échelle des bassins hydrographiques à travers l’élaboration des SDAGE (Schémas directeurs d’aménagement et de gestion des eaux), les représentants des associations de protection de la nature suivent de très près les mentions faites aux zones humides.