Publications

Jardins, cimetières, terrains de sports... 3 vidéos pour se passer des pesticides

Asperger les cimetières, les terrains de sport ou encore son propre jardin de pesticides, vous trouvez cela déplorable ? Nous aussi ! Cette addiction aux fongicides, herbicides et autres insecticides est loin d'être une fatalité. France Nature Environnement le démontre en trois vidéos d'une minute. Ces solutions simples, qui rendent autant service à l’environnement qu’à notre santé, n'attendent qu'une chose : être mises en place.

Se passer des pesticides dans son jardin, c'est possible !

Se passer des pesticides pour le jardinage est devenu une obligation depuis le 1er janvier 2019. Comment faire pour préserver votre îlot de verdure ?

Contre les herbes folles qui prolifèrent, plusieurs choix s’offrent à vous : vous pouvez recouvrir vos sols de paillage végétal (pailles, copeaux de bois, tonte de pelouse, etc.) pour limiter leur pousse, ou alors, semez des engrais verts en fin de saison. Ces plantes miracles (seigle, phacélie, moutarde, …), que l’on plante après et avant nos légumes, étoufferont les herbes folles, amélioreront la fertilité et la structure de votre sol et produiront des fleurs dont raffolent les pollinisateurs.

Contre les petits envahisseurs, appelez les « auxiliaires de culture » à la rescousse. Ces insecteset champignons sont des protecteurs naturels des plantes en les débarrassant des indésirables. Pour les attirer, plantez des haies variées, installez des hôtels à insectes et associez les plantes entre elles : certaines ont des effets répulsifs naturels. Par exemple, l’ortie attire les insectes auxiliaires, les œillets d’inde quant à eux protègent les tomates des nématodes parasites.

Contre les maladies, cultivez des variétés résistantes aux maladies. Plantez par exemple de l’ail, de l’oignon ou du poireau près de vos fraisiers et laitues pour lutter contre les pourritures.

Pour en savoir plus sur le jardinage au naturel

N'hésitez pas à aller puiser une mine de bons conseils pratiques sur ces sites :

- Jardineraunaturel.fr, réalisé avec l'aide de Bretagne Vivante et Eau et rivières de Bretagne, associations membres du mouvement France Nature Environnement, offre une série de conseils pratiques pour jardiner au naturel.

- jardiner-autrement.fr regorge également d'astuces concrètes pour répondre à votre problématique.

Changeons de regard sur l’herbe folle dans les cimetières

Les 40 000 cimetières de nos villes et communes sont encore des espaces où les pesticides sont régulièrement utilisés à cause d'idées tenaces « l’herbe folle serait sale » ou « manquerait de respect aux défunts ». Pourtant, plusieurs communes s’en sont déjà passées. Dans ces cimetières sans pesticides, la nature contribue à une atmosphère plus calme et propice au recueillement. Des initiatives existent ainsi pour revégétaliser les cimetières tout en respectant ces lieux de souvenirs des défunts.

Pour améliorer le paysage, il suffit de réintroduire de la nature avec de l'herbe dans les allées et entre les tombes, en replantant différentes essences d’arbres sur les lieux ou en végétalisant les murets des cimetières. En somme, le plus important est de changer de regard sur l’herbe folle, et de voir qu’il est possible de vivre en harmonie avec son environnement.

Pour aller plus loin en faveur de cimetières sans pesticides

Vous trouverez davantage de solutions sur ecophyto-pro.fr, un site à faire connaître aux élus de votre collectivité. Ces derniers ne pourront ni se passer de la communication envers les habitants ni de solutions concrètes pour des cimetières #LoinDesPesticides.

Le cimetière de Souché à Niort est pour cela un bel exemple : c'est le premier cimetière naturel de France. Ce lieu se passe de pesticides mais propose également des matériaux écologiques tant pour les cercueils et urnes que pour le mobilier à disposition. Le résultat ? Un petit jardin d'Eden propice au recueillement qui vit en harmonie avec les éléments naturels.

Terrains de sport : Un corps sain sur un stade sain

Si faire du sport est bénéfique pour la santé, respirer des pesticides, l'est beaucoup moins. Pourtant, les terrains de sport sont l’un des derniers espaces dans nos villes encore aspergés de pesticides. Les exemples à suivre sont de plus en plus nombreux pour se passer des pesticides sur ces terrains de jeux. Par exemple, faire le bon choix d’espèces de gazon. Le Ray-grass anglais et la fétuque sont ainsi adaptés puisqu'ils résistent au piétinement et à l’arrachement liés aux tacles et divers plaquages. Aussi, pour diminuer les maladies fongiques, adapter l'arrosage s'avère primordial. Le plus difficile sera certainement de changer la mentalité et le regard des joueurs par rapport au terrain « idéal », mais le jeu en vaut la chandelle !

Pour aller plus loin sur les terrains de sport sans pesticides

Rendez-vous sur ecophyto-pro.fr pour trouver des alternatives aux pesticides sur les terrains de sport et courez voir responsables de votre collectivité et fédérations sportives pour leur parler de ces solutions.

Attention à ne pas remplacer les terrains en gazon par des terrains synthétiques : les risques liés aux microbilles de caoutchouc qui seraient cancérigènes

Par FNE
Le lundi 28 janvier 2019
Je relaie J'agis Je donne