Ils font FNE

Jean-David Abel

Vice-président. Responsable du réseau Biodiversité. Issu de la FRAPNA.

Responsable de la mission loup de France Nature Environnement, il prône une approche dépassionnée des débats autour des grands prédateurs. Une étape de plus dans un parcours associatif fourni.

Il n'a pas vu le temps passer. En 1982, tout juste arrivé dans la Drôme, Jean-David Abel devient apiculteur. Intrigué par ce qui l'entoure, en quête de réponses, cet amoureux de la nature se tourne vers les associations de protection de l'environnement. Première rencontre avec des bénévoles passionnés. Tour à tour, il adhère au Fonds d'intervention pour les rapaces, puis au Groupe drômois d'étude et de recherche sur les vertébrés, à la FRAPNA, au Centre ornithologique Rhône-Alpes (qui rejoindra la Ligue pour la protection des oiseaux). Trente ans plus tard, Jean-David Abel s'implique toujours autant, au niveau local comme au niveau national. Il est administrateur de Mountain Wilderness et responsable de la mission loup de France Nature Environnement depuis 2004.

Pour suivre ce dossier complexe, son calme est la meilleure des armes. Car le retour du prédateur n'a pas été accueilli par tous avec sérénité (voir page 5). " C'est un animal emblématique, analyse-t-il. Aucun autre que lui ne cristallise autant d'opinions polémiques. On l'a détruit, il a disparu. L'ours, en comparaison, bénéficie d'un plus grand capital de sympathie."

Réapparue en 1992, l'espèce progresse au tournant des années 2000, étend son territoire en Queyras, Vercors, Savoie, Haute-Savoie. Les relations entre protecteurs de la nature et les éleveurs se tendent. Jean-David Abel reçoit des menaces physiques, se fait insulter en réunion publique. Mais son ton posé désarçonne même les plus virulents.
" Le succès ne sera réel que quand la société humaine vivra de façon plus ordinaire avec le loup"
" Il faut écouter la parole du monde de l'élevage, comme nous demandons qu'on écoute la nôtre ", insiste-t-il. C'est dans cet esprit qu'oeuvre la mission loup. " Notre travail, c'est d'être au contact, dans la compréhension des contraintes liées à la présence du loup, tout en insistant pour sa protection indispensable. Nous sommes reconnus pour nos positions solides et respectueuses. " Les correspondants de la mission habitent au fin fond de la Provence, de l'Isère, de la Savoie ou du Jura. " Ils sont au contact de ces réalités. Il n'y a pas d'un côté les éleveurs ruraux et de l'autre les protecteurs urbains. " Petit-fils d'éleveurs, Jean-David Abel connaît les difficultés liées aux activités agricoles en montagne, l'isolement des bergers et aborde le sujet sans naïveté.

La cohabitation avec cet animal intelligent, qui sait déjouer les mesures de protection, n'est pas forcément évidente. " Le loup est là depuis vingt ans : c'est très court. Le succès ne sera réel que quand la société humaine vivra de façon plus ordinaire avec lui, et cela prendra des générations. "

Ce naturaliste chevronné est aussi un observateur avisé du monde associatif. " Le socle sociologique s'est élargi. Et les préoccupations ont changé. Il y a trente ans, on parlait déjà de déchets, de paysages ou d'eau, se souvient-il. Mais des sujets comme le climat était dans les limbes. Les pesticides, l'amiante ou le gaspillage étaient des sujets moins reconnus ! " Au début des années 90, défenseur de l'environnement tout terrain, il squatte par - 10° C des pelles de bulldozers pour s'opposer à la construction de pistes forestières en forêt d'Ambel avec d'autres militants de la FRAPNA. Avec raison : " Nous avons obtenu l'abandon des pistes et un plan de protection de la forêt. Au-delà de l'anecdote, ces victoires renforcent le sens de nos actions."

Changement de décor en 1999. Pendant trois ans, il est conseiller technique au ministère de l'environnement. C'est pendant cette période parisienne qu'il fréquente de plus près la fédération nationale. " Au niveau local, on voit plus facilement l'efficacité de nos actions. C'est satisfaisant. Au niveau national, c'est souvent plus compliqué de s'impliquer. Mais face aux lobbys et aux pouvoirs publics, il est important d'avoir une fédération forte. " Avec satisfaction, il voit les associations prendre toute leur place dans les débats. "La constance des uns et des autres a permis de faire reconnaître notre légitimité. "
 
Autodidacte attiré par tous les sujets environnementaux - il est également adjoint au maire de Romans-sur-Isère sur les questions d'urbanisme et de climat, il trouve en FNE, association généraliste, un moyen pour les associations de mutualiser leurs connaissances et d'unir leurs forces. Jean-David Abel garde en tête le 28 janvier 2012 et le 36e congrès de FNE. " C'était un moment fort de voir toutes les associations réunies, du Nord-Pas de Calais aux Calanques. De voir aussi la diversité des visages et des âges, les champs couverts par ces réseaux. " Il conclut avec sagesse : " Je ne suis pas à l'origine un urbain, mais je connais l'importance du rapport entre les hommes dans la progression des objectifs que nous portons. "

Repères

1983 > Adhésion à la FRAPNA Drôme
1992 > Retour du loup en France
1999-2002 > Conseiller au ministère de l'environnement
2004 > Responsable de la mission loup
B. DE BADEREAU
Par FNE.
Le mercredi 21 novembre 2012
Je relaie J'agis Je donne