Actualités

8 choses à savoir sur l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes

Notre-Dame-des-Landes. Tout le monde connaît ce nom mais qui connaît vraiment le projet ? Si l'opposition entre les pro et les anti aéroport est célèbre, le fond du dossier, lui, est plus flou. Le mouvement France Nature Environnement, investit notamment sur le front juridique, fait le point en livrant les 8 choses à savoir sur le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes.

1 – Un projet destructeur de zones humides pourtant essentielles

Crédit photo : François de Beaulieu, Naturalistes en lutte
1 200 hectares de zones humides et de bocages sont promis à la destruction avec l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Trop souvent méconnues, les zones humides recèlent pourtant bien des atouts : elles contribuent à améliorer la qualité des eaux en les dépolluant, elles assurent une fonction d’éponge qui limitent les effets des inondations et des sècheresses, elles stockent du carbone, sont des réservoirs de biodiversité... Pourtant, elles sont trop souvent saccagées. Deux tiers d'entre elles ont été détruites en un siècle. Par ailleurs, deux Zones naturelles d'intérêt écologiques, faunistiques et floristiques (bois et landes de Rohanne et des Fosses noires et bois, landes et bocage du Sud-ouest de Notre-Dame-des-Landes) ont également vocation à disparaître avec un tel projet.
 

2 - Des inventaires réalisés par des myopes devins

Triton marbré, l'une des espèces protégées de Notre-Dame-des-Landes. Crédit photo : Olivier Swift, Naturalistes en Lutte

Plus de 100 espèces protégées différentes et plusieurs milliers de spécimens de certaines d'entre elles cohabitent sur les terres du projet. Pour connaître cette biodiversité, il est obligatoire de réaliser un inventaire dans le cadre d'une étude d'impact. A Notre-Dame-des-Landes, le bureau d'études en charge du dossier a remis un travail largement bâclé. A titre d'exemple, son étude faune-flore pour l'enquête publique de 2012 a été remise en avril 2012 mais c'est un mois plus tard, en mai, que l'inventaire sur le terrain a été fait. Un rapport avant même le travail de terrain ? à l'épreuve de tout bon sens.

 

Crédit photo : Benjamin Hogommat, FNE Pays de la Loire

Des nouvelles espèces découvertes

Une incohérence parmi tant d'autres, que le collectif des Naturalistes en lutte, dans lequel les militants de nos associations sont très actifs, a mis en évidence dans un contre inventaire. Ce travail minutieux permet régulièrement de découvrir de nouvelles espèces, preuve de la richesse du lieu. Ainsi, en décembre 2015, 5 espèces non répertoriées ont été découvertes. Parmi d'autres, Loïc Marion, chercheur en écologie au CNRS applaudit ce travail qui « a permis de démontrer les faiblesses de l'inventaire du bureau d'étude Biotope mandaté par l'État. Sur la méthode d'investigation pratiquée par les Naturalistes en lutte, il n'y a rien à redire. C'est un travail de grande valeur scientifique ».

3 – Biodiversité et zones humides du site : des mesures expérimentales, inopérantes et incertaines.

Mesures de compensation sur l'eau : des experts unanimement sceptiques

Les mesures de compensation sont une obligation légale : il s'agit de recréer ou restaurer ailleurs  l'écosystème qui a été détruit. Pour la compensation concernant l'eau, les porteurs du projet de Notre-Dame-des-Landes proposent une méthode qui n'a jamais été éprouvée sur le terrain regrette le collège d'experts scientifiques mandaté par la préfecture en 2013.

Ce dernier émet 12 réserves sur le document d’incidences qui comporte ces mesures de compensation. Il invalide ce document et déplore le manque de sérieux du travail réalisé par les porteurs du projet. Un point de vue partagé par le Conseil National de Protection de la Nature (CNPN) qui reprend ces critiques en regrettant « le manque de justifications et l'inopérance de la méthode ».

Le dérisoire « accompagnement » des espèces et habitats, hécatombe promise sur la faune et flore locale

Sur le site de Notre-Dame-des-Landes, plus de 100 espèces protégées se côtoient. Dans le cadre de la construction de l’aéroport, les promoteurs du projet proposent des mesures « d'accompagnement » pour déplacer des espèces ou leurs habitats. Ainsi, sur plus de 100 espèces protégées, seulement 5 sont concernées : le fluteau nageant, le triton crêté, le triton marbré et le campagnol amphibie, à qui il faut ajouter le déplacement de quelques arbres favorables au grand capricorne. Toutes les autres sont donc promises à une destruction totale sans issue possible. Et pour la poignée d'espèces élues, rien de rassurant non plus.

Car dans les faits, sur les plusieurs milliers d'individus de ces 5 espèces, il est prévu que seuls quelques spécimens soient déplacés... et encore. Imaginez les ouvriers occupés à déboiser un terrain comportant des campagnols amphibies avec un engin de chantier. Pour sauver des individus de cette espèce, il faudrait d'abord que ces ouvriers sachent les identifier. Ensuite, qu'ils prennent le temps de s'arrêter puis de capturer chaque individu pour, enfin, les déplacer à un autre endroit qui soit favorable à leur survie… Une hypothèse bien illusoire.

Les mesures d'accompagnement proposées pour la faune et la flore locale ne permettraient donc que la sauvegarde d'une poignée d'individus sur une part dérisoire d'espèces protégées.

Crédit photo : FNE Pays de la Loire

4 - Une amende de l'UE plane au dessus du projet

Effarées par la multiplication d'irrégularités, nos associations ont saisi en 2012 la Commission des pétitions du Parlement européen. Après enquête, la Commission européenne a ouvert une procédure d’infraction contre la France, pour violation du droit de l’Union Européenne. Elle l’a également mise en demeure de régulariser sa situation : la France doit effectuer une évaluation de l’impact environnemental global du projet d’aéroport et des projets qui y sont liés (dessertes routières, liaison tram-train, liaison ferroviaire, éventuel franchissement de la Loire…) Une requête faite de longue date mais toujours restée lettre morte. Un nouveau contentieux pourrait donc amener la France devant la Cour de Justice de l’Union Européenne… sanctions financières à la clé.

Crédit Photo : Benjamin Hogommat, FNE Pays de la Loire

5 - Une destruction de nature pourquoi ? Un aéroport plus petit et moins confortable

Le permis de construire recueilli en octobre 2014 par le Canard enchaîné a fortement battu en brèche l'argumentation du projet. En comparant les plans, le projet d'aéroport à Notre-Dames-des-Landes s'avère plus petit que l'actuel aéroport de Nantes Atlantique sur bien des points. Zone de parking pour avions, halls de départ et d'arrivées, salles d'embarquement, caserne de pompier, ou encore zones de maintenance... toutes inférieures. Et le rétrécissement touche aussi le nombre de passerelles d'embarquement ou encore de comptoirs d'enregistrement.

Comment alors l'aéroport peut-il être plus grand ? Doublez la surface de galerie commerciale et la magie opère. En guise de réponse, la préfecture de Loire Atlantique a souhaité préciser que ce permis était « évolutif ».
 

6 - Des dépenses pharaoniques financées... par nos impôts

Vinci Airports a annoncé un coût de 556 millions d’euros hors taxes pour la construction de l'aéroport de Notre-Dame-des-landes. 43 % de cette somme sont financées par des subventions publiques des collectivités et de l'État et ce coût global affiché serait largement sous-estimé, selon les architectes Ivan Fouquet et Franco Fedele. Ainsi, le coût d’un réaménagement de Nantes Atlantique serait de 8 à 10 fois moins cher qu’une construction à Notre-Dame-des-Landes d’après les estimations d’une étude de l’Atelier citoyen réalisée par des professionnels de la comptabilité et de la gestion d’entreprise. La conclusion de l’étude ? Le réaménagement de Nantes-Atlantique nuirait aux finances d’un seul acteur : les banques.

7 - L'aéroport actuel encore loin d'être saturé

L'aéroport de Nantes-Atlantique est saturé et ne pourra jamais accueillir plus de 4 millions de passagers par an affirment systématiquement les militants pro-Notre-Dame-des-Landes. Pourtant, la Direction Générale de l’Aviation Civile a remis en 2013 une étude indiquant que la capacité de l’aéroport actuel pourrait être portée à 9 millions de passagers par an. Et 9 millions, c'est justement le trafic espéré par les porteurs de projet de Notre-Dame-des-Landes pour… 2060. De plus, ce réaménagement de l'aéroport apporterait plus de richesse pour la France selon un bureau d’étude néerlandais indépendant. Pourquoi alors s'entêter ?
Crédit photo : FNE Pays de la Loire

8 - Lutter contre le dérèglement climatique et développer les aéroports ? Où est la logique ?

En 2015, la COP21 a abouti à la signature de l’accord de Paris sur le climat. A son approche, la grande conférence internationale a fait fleurir de grands discours écologiques. « La France doit être exemplaire », « sur le climat, la France doit être en tête » martelait François Hollande. Alors pourquoi vouloir construire et développer le transport aérien ? La vocation internationale de cet aéroport en fera un des plus émetteurs pour la France et alourdirait considérablement notre bilan carbone. À l’heure de l’optimisation des infrastructures existantes et de la modération des moyens de transport énergivores, il serait peut-être temps de revoir la copie. En effet, en plus de promouvoir un mode de déplacement au coût environnemental élevé, l'éloignement de l'aéroport et de Nantes ajouterait un surplus de temps et d'émissions de gaz à effets de serre pour rejoindre la ville.

Nos demandes politiques

Mobilisés contre ce projet notamment sur le front juridique, France Nature Environnement, Bretagne Vivante - SEPNB, la Coordination Régionale de la LPO Pays de la Loire, FNE Pays de la Loire, Eau et Rivières de Bretagne et SOS Loire-Vivante – ERN France portent trois grandes demandes :

  1. Annuler le projet d’aéroport de Notre Dame des Landes
  2. étudier sérieusement et de façon indépendante les possibilités d’aménagement de l’aéroport de Nantes Atlantiques (amélioration de la plate-forme aéroportuaire, arrivée du tramway jusqu'aux terminaux passagers, piste transversale évitant le survol de Nantes...).
  3. Privilégier des investissements durables et créateurs d’emplois pour les territoires.
Par FNE.
Le mercredi 08 juillet 2015
Je relaie J'agis Je donne