Actualités

Comment les zones humides contribuent à dépolluer les milieux aquatiques ?

Aires de rencontre entre l’eau et la terre, les zones humides regorgent de bienfaits tant pour la biodiversité que pour l’homme. Des services trop souvent ignorés sur ces territoires constamment grignotés par l’urbanisation ou encore l’extension de terres agricoles. Parmi ces services, la dépollution des milieux aquatiques. France Nature Environnement fait le point sur la question.

Nitrates, pesticides, phosphates… ces milieux aquatiques qui débordent de pollutions

Certaines pratiques agricoles, industrielles ou encore touristiques deviennent trop souvent sources de pollutions pour nos mieux aquatiques. Ainsi, 90 % des rivières en France sont contaminées par les pesticides, et 90 % de ces pesticides proviennent de l’agriculture, ce qui représente environ 80 000 tonnes par an. Et ces rivières acheminent chaque année jusqu’à la mer 570 000 tonnes d’azote excédentaires.

La mer n’est pas la seule victime de ces pollutions. Nitrates, phosphates et pesticides s’infiltrent également dans les nappes d’eau souterraines. Des nuisances qui posent de multiples problèmes pour les citoyens : risques de contamination de l’alimentation, coûts de traitement, augmentation du prix de l’eau… D’un point de vue strictement économique, le surcoût et les pertes financières dus à ces pollutions diffuses est estimé entre 1 110 millions et 1 680 millions d’euros par an.

Face à ce fléau, France Nature Environnement milite avant tout pour réduire les pollutions à la source. Seulement, force est de constater que les milieux aquatiques sont encore loin d’être épargnés par l'activité humaine. Ces méfaits pourraient être réduits en préservant les zones humides ou en les reconstituant, si par malheur elles ont été détruites. Car ces dernières possèdent, dans leur éventail de bienfaits, un super-pouvoir : celui de dépolluer les milieux aquatiques.

Les zones humides, un dépollueur naturel

En effet, une zone humide fonctionne comme une zone tampon, un filtre naturel. La flore et la faune qu’elle abrite constituent un écosystème particulièrement fascinant. Grâce à des processus physiques, géochimiques et biologiques, leur travail conjoint réduit les pollutions engendrées par les métaux lourds, nitrates, pesticides ou autres éléments chimiques. Les polluants sont soit piégés, soit transformés, ce qui contribue à purifier l’eau. Un service loin d’être négligeable. Certains acteurs n’ont d'ailleurs pas peur d’en profiter en menant des expériences en France et dans le monde avec des résultats saisissants.

Trois exemples de dépollution par les zones humides.

Le marais littoral de Kervigen réduit les marées vertes

Ainsi, en Bretagne, l’Institut français de recherche pour l'exploitation de la mer (IFREMER) a observé que les 22 hectares du marais littoral de Kervigen permettent de réduire en moyenne le flux de nitrate dans l’eau de 60%. Par jour, ce ne sont pas moins de 175 kg de nitrate qui sont ainsi éliminés (mesures entre avril et mai).

Pour cela, l’eau saturée transite quelques jours à travers cette zone humide peuplée de roseaux. La croissance de ces derniers, couplée à une activité bactérienne intense, conduisent à cette dénitrification. Un service particulièrement utile sur ce territoire agricole où les fortes concentrations de nitrates conduisent à la survenue de marées d’algues vertes particulièrement toxiques.

Le marais de Pontaillac, enjeu de sécurité sanitaire pour les baigneurs

La conservation des zones humides est également un enjeu pour le tourisme. Un exemple vient de Charente Maritime. En juillet 2007, alors que la saison touristique bat son plein, la conche de Pontaillac, l’une des plus grandes plages de Royan, est interdite. En cause : des eaux trop polluées, dangereuses pour les baigneurs. Ce coup dur a décidé la ville de Royan à entreprendre, depuis avril 2009, une opération de suivi et de gestion active de la qualité des eaux de baignade de ses plages.

La conservation du marais poitevin en amont de Royan s’est alors avérée capitale. Dans une étude de l'agence de l'eau Adour Garonne, deux scénarii ont été envisagés. Le premier, celui de l’artificialisation et de l’urbanisation de la zone humide, est sans appel. La destruction du marais de Pontaillac engendrerait notamment des difficultés pour garantir la qualité sanitaire de la plage, une augmentation des pollutions ou encore la nécessité d’importants travaux d’assainissement sans garantie d’efficacité…

A côté, le second scénario est bien plus attrayant. La préservation des 44 hectares de milieux humides en amont de Royan permet d’assurer aux baigneurs des eaux de baignade de qualité chaque été. Avec une plage qui reste aux normes, le différentiel de chiffre d’affaires touristique, lié à la qualité de la plage, est évalué à 9 millions d’euros par an et 140 emplois. Un argument économique de poids qui a permis la conservation de cette zone. Une zone qui recèle bien d’autres richesses et offre un refuge à une biodiversité variée.

L’expérience francilienne pour dépolluer les eaux

En Ile de France, l’IRSTEA et le CNRS se sont mis à reconstituer des zones humides pour bénéficier de leur pouvoir de purification. Les résultats sont particulièrement significatifs : à l’entrée de la zone, les chercheurs comptent en moyenne 100 pesticides présents dans l’eau. Au bout d’une semaine de navigation sur ce territoire, les concentrations se sont réduites de  50 %. Et la dépollution concerne également les nitrates : d’une moyenne de 60 et 70 mg/l à l’entrée, le passage de l’eau par la zone humide abaisse la teneur à une moyenne de 20 mg/l, avec une forte variabilité suivant les saisons.

Zones humides : des territoires à défendre pour France Nature Environnement

Touche pas à ma zone humide Triton crété JMZH NDDL FNE Illustration Marion Jouffroy

Illustration Triton crété Marion Jouffroy

La dépollution n’est qu’un service parmi tant d’autres rendus par les zones humides. Mais malgré leurs nombreux bienfaits, ces territoires sont souvent déconsidérés. 67 % des zones humides ont disparu depuis le début du siècle. Le mouvement France Nature Environnement a à coeur de les faire connaître, de sensibiliser le grand public sur ces espaces exceptionnels mais aussi de les défendre dans les commissions et instances de décision ou encore de dénoncer et alerter les pouvoirs publics lorsqu’elles sont menacées... Un temps, il s’agissait de protéger la Camargue, Aujourd’hui, les zones humides menacées les plus connues se nomment Notre-Dame-des-Landes, Roybon ou encore Sivens…

Et puisque connaître est le premier pas pour mieux préserver, à l’occasion de la journée mondiale des zones humides, pourquoi n’assisteriez-vous pas à l’une des animations ou balade dans une zone humide près de chez-vous ? De nombreuses associations du mouvement organisent des évènements pour mieux découvrir ces zones d’exceptions.

Par FNE
Le vendredi 29 janvier 2016
Je relaie J'agis Je donne