Actualités

Consultation publique : le loup ne se « gère » pas à coups de fusil !

Le ministère de la Transition écologique et solidaire a lancé jusqu’au 3 juillet 2017, une consultation du public sur l’autorisation d’abattre entre 36 et 40 loups pour la période 2017/2018. FNE vous invite à participer à cette consultation pour dire votre opposition à ce plafond disproportionné et dangereux pour la viabilité de la population de loups.

Comment faire pour dire non ?

Jusqu'au 3 juillet 2017, rendez-vous sur la page du Ministère de la transition écologique dédiée à la consultation publique sur le projet d’arrêté fixant le nombre maximum de loups (Canis lupus) dont la destruction pourra être autorisée pour la période 2017/2018.

Une fois sur la page, vous pouvez exprimer votre avis en laissant un commentaire. Ci-après, quelques arguments que nous défendons : vous pouvez vous en inspirer, mais attention, les copier-coller identiques sont considérés comme une seule et même réponse : il vous faut personnaliser votre réponse. Merci d'avance de votre démarche en faveur du loup et n’oubliez pas de faire largement circuler cet appel à mobilisation.

Les arguments à développer

Cette année encore, le gouvernement fixe un plafond d'autorisation de destructions de loups très élevé.

Cela, alors que :

Force est de constater que ce chiffre est fixé sur des bases et avec des objectifs "politiques", qui ne permettent pas à la France de garantir le respect de ses engagements internationaux. De plus, l’orientation de l’Etat conduit à laisser croire que le nombre de loups « abattables » serait LE critère déterminant de gestion de la présence de l’espèce en France, ce qui est fallacieux et contre-productif.

C'est pourquoi FNE dénonce ce projet d'arrêté, demande à ce que l'Etat révise très fortement à la baisse ce "nombre maximum" et qu'il communique aux parties ainsi qu'à la commission européenne des éléments de suivi robustes de la population de loups présente.

Quelques éléments de contexte pour bien comprendre.

L’arrêté soumis à l’avis du public fixe le nombre de loups pouvant être tués sur la période 2017/2018. Or, avec ce nombre maximal élevé, l'Etat donne la priorité aux destructions d’individus par rapport au renforcement des mesures de protection là où elles sont insuffisantes voire encore absentes. De fait, l'Etat est passé sans le dire d'une politique combinant développement de la protection des troupeaux et autorisations dérogatoires de destructions d'individus à une politique de régulation de l'espèce.

Depuis la réapparition naturelle du loup en France en 1992, afin de concilier protection de l’espèce et maintien des activités d’élevage, les ministères  de l’environnement et de l’agriculture, avec l’aide financière de l’Union européenne, mobilisent des moyens importants pour accompagner les éleveurs dans la mise en place de mesures de protection des troupeaux et indemniser les dommages pour lesquels la responsabilité du loup n’est pas écartée. Toutefois, ces mesures de protection ne sont pas mises en place partout et pas toujours de manière efficace, ce qui laisse la place au prédateur pour attaquer les troupeaux.

Bien que protégé, le droit communautaire et national autorise l’effarouchement (l’utilisation de moyens émettant des bruits ou des effets lumineux pour effrayer le loup) ou la destruction du loup pour prévenir les dommages importants aux troupeaux lorsque toute autre méthode de prévention se révèle inadaptée ou insuffisante, à la condition qu’il n’y ait pas d’atteinte à l’état de conservation favorable de l’espèce.

Ainsi, l’arrêté du 30 juin 2015 prévoit en plus de l’effarouchement, des destructions par des tirs de défense, des tirs de défense renforcée, des tirs de prélèvement et des tirs de prélèvement renforcé, y compris lors d’actions de chasse.

Le projet d’arrêté soumis à consultation vient dire combien de loup pourront être tués dans ce cadre.

L’expertise scientifique conduite par le Muséum National d’Histoire Naturelle et l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage, rendue fin mars, attire l’attention de l’État sur les risques que fait peser les choix de « gestion » actuels sur le maintien d’une population viable de loups dans notre pays. Les tirs sont trop nombreux et non sélectifs, et n’ont pas d’efficacité automatique sur la prévention des dommages.

Le Conseil National de Protection de la Nature a rendu un avis défavorable à ce projet d'arrêté à une large majorité. Cette instance, réunissant des scientifiques et chargée de donner un avis au ministre en charge de la protection de la nature, rappelle dans son avis de 3 pages que les moyens de protection sont généralement efficaces et que de nouvelles méthodes de protection s’avèrent prometteuses. Le problème est que l’État ne vérifie pas leur mise en place effective. Il recommande ainsi une longue série de mesures visant à privilégier des alternatives aux tirs qui doivent s’inscrire comme une solution de dernier recours.

Par fne-writer
Le mardi 20 juin 2017
Je relaie J'agis Je donne