Droit & Démocratie

Défends ta mer en Corse, PACA et Occitanie

Pression démographique, pollution des navires, harcèlement des dauphins sauvages… La Méditerranée, riche de plus de 17 000 espèces marines, subit de nombreuses pressions qui nuisent tant à l'Homme qu'à son environnement. Pour défendre ce littoral remarquable et ce magnifique patrimoine naturel, vous pouvez agir. Jusqu'au 25 mars 2018, défendez l'avenir du milieu marin et du littoral de Corse, de Provence-Alpes-Côte d'Azur et d'Occitanie en participant à la concertation sur l'avenir de la façade maritime méditerranéenne. #DéfendsTaMer en découvrant, soutenant et partageant les 5 grandes propositions de France Nature Environnement.

1 - Consolider la loi Littoral et anticiper les risques littoraux

En Méditerranée, près de 70 % de la population locale vit sur le littoral et l'attrait de ces côtes ne se tarit pas : sa population est en constante augmentation. Tandis que l'urbanisation galope sur le littoral, l'élévation du niveau de la mer, elle, grignote peu à peu le rivage. Pour faire face à cette double pression, préserver les citoyens des risques littoraux et sauvegarder ce magnifique patrimoine naturel, il n'existe aujourd'hui qu'un seul outil juridique : la loi Littoral. Seulement, celle-ci est régulièrement battue en brèche par des appétits fonciers.

C'est pourquoi, il est capital que la France veille à sa bonne application et réfléchisse avec les acteurs locaux à des propositions ambitieuses et opérationnelles sur le long terme qui consolident cette loi Littoral, et qui concrétisent la politique Trame verte et bleue, un outil qui conjugue préservation et restauration de la biodiversité et prévention des effets des changements climatiques. L’information et la sensibilisation des élus et citoyens, qui ont été relativement oubliées jusqu’ici, s'avèrent essentielles afin de mieux intégrer la culture du risque dans les différents outils de gestion des risques littoraux.

Propositions :

Je soutiens

2 - Offrir un cap, du dialogue et des garde-fous écologiques au développement de l’éolien en mer 

La Méditerranée est une zone identifiée pour le développement de l’éolien flottant. Si la transition énergétique est une nécessité qui ne peut se passer du développement des énergies marines renouvelables, il est indispensable de porter une stratégie nationale visible et cohérente, avec des objectifs de production déclinés dans le temps et l’espace qui prennent en compte les enjeux environnementaux. Aujourd'hui, elle est inexistante ce qui freine leur développement. La prise en compte très variable de la biodiversité liée au déficit de connaissance sur le fonctionnement des écosystèmes marins et le manque de concertation font également peser une insécurité juridique de nature à allonger les délais de mise en œuvre des projets, voire de les arrêter.

Afin de permettre à l'éolien en mer de se développer de façon responsable sur la façade méditerranéenne, il est indispensable d'apporter à ce développement cohérence, dialogue et prise en compte des enjeux écologiques en s'appuyant sur une instance de concertation.

Proposition :

Je soutiens

3 - Lutter contre la pollution de l’air des navires à proximité des ports méditerranéens

Certains navires émettent autant de particules fines qu'un million de voitures. Cette importante pollution de l'air affecte directement les travailleurs des ports et les riverains. Les habitants du littoral méditerranéen sont d'autant plus vulnérables que leurs côtes ne possèdent pas, comme en mer du Nord, de zone de contrôle des émissions, espace où la pollution de l'air du transport maritime est à la fois contrôlée et limitée.

Pourtant, les ports méditerranéens accueillent des porte-conteneurs et autres navires de croisière aux dimensions et aux pollutions gargantuesques. Ainsi, le plus gros paquebot du monde nommé Harmony of the Seas fait régulièrement escale à Marseille et émet, avec ses 16 cheminées, près de 450 kg de particules fines par jour, soit plus que les émissions de plusieurs grandes villes réunies.

Pour préserver la santé des habitants de la côte méditerranéenne, il s'avère indispensable de contrôler et limiter ces pollutions.

En plus des problématiques liées à la santé et à la sécurité, cette course au gigantisme pose aussi la question de la répercussion de ces navires sur les infrastructures portuaires. Quel port sera capable d’accueillir demain ces mastodontes, d’assumer les coûts induits et l’accroissement des risques ? L’adaptation des ports peut causer de véritables dommages à l’environnement (surcreusement, dragage…). Il est primordial que l’Etat se saisisse de ces enjeux environnementaux dans un dialogue environnemental plus ouvert et fasse en sorte que le transport maritime demeure le mode de transport le plus respectueux de l’environnement.

Proposition :

Je soutiens

4 - Mettre fin au harcèlement des dauphins sauvages en Méditerranée

En Méditerranée française, une nouvelle activité se développe et perturbe fortement les dauphins sauvages : les excursions pour nager avec eux dans leur milieu naturel. Pour pratiquer cette activité, les opérateurs traquent généralement ces animaux en survolant à basse altitude leurs aires de vie, de reproduction, de repos… avec des avions de repérage. Une fois repérés, ils proposent aux clients de se jeter à l'eau pour nager avec ces cétacés.

Pour ces animaux, cette nouvelle perturbation s'ajoute à une liste déjà longue de pressions (bruit, pollutions, raréfaction des ressources alimentaires…). Cette activité commerciale perturbe fortement le cycle de vie de ces animaux en menaçant notamment les jeunes dauphins parfois séparés de leurs mères. Une activité loin des vertus du « whale-watching » traditionnel qui, si il est pratiqué dans le respect de règles d’approches strictes, peut être un moyen d’éducation à l’environnement et de sensibilisation sur la protection des cétacés.

Proposition :

Je soutiens

5 - Préserver les aires marines protégées de la façade Méditerranée

Au sein des aires marines protégées, de nombreuses activités humaines se développent sans une véritable prise en compte de la préservation de la biodiversité, ce qui met en danger des habitats, des espèces, des écosystèmes et leurs fonctionnalités. Un certain nombre d’indicateurs les concernant sont dans le rouge. Pourtant, la pression touristique augmente, avec un boom de l’activité de plaisance, des sports de plein air et des loisirs motorisés, et affecte les habitats littoraux et la faune et la flore associées comme les oiseaux qui voient se réduire leurs zones de halte migratoire et de reproduction sur l’estran.

Pour que le développement des activités humaines dans les aires marines protégées ne se fasse pas au détriment de la nature, il est indispensable de mettre en place une évaluation des impacts de ces activités et donner la possibilité de les réduire voir de les interdire en fonction de l’importance de leurs impacts négatifs sur le milieu marin. En parallèle, il est essentiel d’informer et de sensibiliser le public sur les effets délétères du dérangement, car celui-ci ignore souvent l’importance de la quiétude pour la faune sauvage.

Propositions :

Je soutiens

Habitants de Corse, PACA, Occitanie, #DéfendsTaMer : mode d'emploi

Jusqu'au 25 mars 2018, vous avez l'occasion de soutenir les 5 grandes propositions de France Nature Environnement pour une mer et un littoral vivables en participant à la consultation publique ouverte par le Ministère de la Transition Écologique et Solidaire sur l’avenir de votre façade maritime. Pour cela, il vous suffit de cliquer sur chaque « je soutiens » à la fin de nos propositions, de s'inscrire ou se connecter sur le site internet dédié et mettre un « + » à notre proposition.

Plus nous serons nombreux, plus nous aurons de chance d'être entendus, dites à votre entourage #DéfendsTaMer en partageant cet article.

Je partage sur Twitter

Je partage sur Facebook

Voir aussi

Défends ta mer en Nouvelle Aquitaine

Défends ta mer en Bretagne et Pays de la Loire

Défends ta mer en Normandie et Hauts-de-France

Par FNE
Le mercredi 21 février 2018
Je relaie J'agis Je donne