Droit & Démocratie

Défends ta mer en Nouvelle Aquitaine

Submersions marines, urbanisation galopante, raréfaction des ressources… les menaces qui pèsent sur les richesses de la mer et du littoral de Nouvelle-Aquitaine sont nombreuses. Elles mettent en danger tant l'exceptionnelle biodiversité marine que les habitants du littoral du Sud-Ouest. Jusqu'au 25 mars 2018, #DefendsTaMer en participant à la consultation publique sur l'avenir du littoral Sud Atlantique. Soutenez les 5 propositions phares de France Nature Environnement afin de (re)concilier les activités de l'Homme et la préservation des richesses de l'océan et du littoral qui nous font vivre.

1 - Consolider la loi Littoral et prévenir les risques littoraux 

Sur le littoral de Nouvelle Aquitaine, les crues fluviales s'ajoutent aux phénomènes d’érosion et de submersion marine. Malgré ces risques, l'urbanisation s'intensifie sur la côte. Face à cette double pression, il s'avère capital de préserver le littoral, protéger les populations et de repenser intelligemment l'aménagement du territoire.

Aujourd’hui, la loi Littoral est le seul outil qui permet de résister à la fois aux assauts de l’érosion et des submersions marines et à ceux de l’urbanisation. Pourtant, elle est régulièrement inappliquée. La France doit donc veiller à sa bonne application mais aussi réfléchir avec les acteurs locaux à des propositions ambitieuses, opérationnelles sur le long terme qui consolident cette loi Littoral, et qui concrétisent la politique Trame verte et bleue, un outil qui conjugue préservation et restauration de la biodiversité et prévention des effets des changements climatiques. L’information et la sensibilisation des élus et citoyens ont jusqu’ici été relativement oubliées dans les différents outils de gestion des risques littoraux. Pourtant, sans cette culture du risque, il n'y aura ni anticipation ni gestion adéquate des risques littoraux dans les 140 communes littorales de la façade Sud Atlantique.

Propositions :

Je soutiens

2 - Offrir un cap, du dialogue et des garde-fous écologiques au développement de l’éolien en mer

Si la transition énergétique est une nécessité qui ne peut se passer du développement des énergies marines renouvelables, elle ne peut se faire sans cap ni garde-fou. Le projet éolien en mer situé entre l’île d’Oléron et l’embouchure de la Gironde révèle les difficultés posées par l’absence d’une planification de l’espace maritime qui prend en compte les enjeux environnementaux.

Pour permettre un développement intelligent de ces énergies marines renouvelables, il s'avère donc indispensable de porter une stratégie nationale visible et cohérente, avec des objectifs de production déclinés dans le temps et l’espace. Aujourd'hui, cette stratégie est inexistante ce qui freine leur développement. La prise en compte très variable de la biodiversité liée au déficit de connaissance sur le fonctionnement des écosystèmes marins et le manque de concertation font également peser une insécurité juridique de nature à allonger les délais de mise en œuvre des projets, voire de les arrêter. Il est capital d'apporter à ce développement cohérence, dialogue et prise en compte des enjeux écologiques en s'appuyant sur une instance de concertation.

Proposition :

Je soutiens

3 - Améliorer la qualité des eaux littorales de la façade Sud Atlantique 

La problématique de la qualité de l’eau est un enjeu fort sur la façade Sud Atlantique. Outre le risque sanitaire, une mauvaise qualité de ces eaux porte préjudice au milieu marin et à l’économie bleue, en particulier l’aquaculture et la pêche. Les milieux aquatiques littoraux disposent d’une biodiversité particulièrement riche, sensible aux apports des milieux terrestres et aux influences anthropiques. Les atteintes à la qualité de l’eau sont surtout d’origines terrestres. Ainsi, l’utilisation excessive d’intrants et de produits phytosanitaires pour l’agriculture ou encore les rejets d’usines et le dysfonctionnement de stations d’épuration mettent à mal la qualité du milieu.

Propositions :

Je soutiens

4 - Mieux préserver les aires marines protégées de la façade Sud Atlantique

La façade Sud Atlantique dispose d’un important réseau d’aires marines protégées. Leur préservation est malheureusement affectée par le développement de nombreuses activités humaines sans une véritable prise en compte de la préservation de la biodiversité, ce qui met en danger des habitats, des espèces, des écosystèmes et leurs fonctionnalités. Un certain nombre d’indicateurs les concernant sont dans le rouge. Pourtant, la pression touristique augmente, avec un boom de l’activité de plaisance, des sports de plein air et des loisirs motorisés, et affectent les habitats littoraux, la flore et la faune associées comme les oiseaux qui voient se réduire leurs zones de halte migratoire et de reproduction sur l’estran ou encore les phoques à la période de sevrage.

Pour que le développement des activités humaines dans les aires marines protégées ne se fasse pas au détriment de la nature, il est indispensable de mettre en place une évaluation des impacts de ces activités et donner la possibilité de les réduire voir de les interdire en fonction de l’importance de leurs impacts négatifs sur le milieu marin. En parallèle, il est essentiel d’informer et de sensibiliser le public sur les effets délétères du dérangement, car celui-ci ignore souvent l’importance de la quiétude pour la faune sauvage.

Propositions :

Je soutiens

5 - Améliorer les pratiques durables de pêche et la sélectivité des prises 

En seulement quatre mois, plus de 3500 dauphins se sont échoués sur la façade Atlantique entre janvier et avril 2017 d’après le centre PELAGIS. Dans leur grande majorité, ces dauphins ont été victimes de la pêche au chalut pélagique qui se pratique à cette époque au large des côtes françaises. Depuis plus de deux décennies, le niveau des captures de ces engins de pêche inquiète à juste titre les citoyens et la communauté scientifique. Il pourrait menacer la viabilité de la population de dauphins qui hiverne dans le Golfe de Gascogne. Les facteurs de risque ont été en grande partie identifiés et des solutions existent pour diminuer le nombre de captures accidentelles de dauphins mais elles ne sont pas mises en œuvre faute de volonté et de sanctions.

Propositions :

Je soutiens

Habitants de Nouvelle Aquitaine, #DéfendsTaMer : mode d'emploi

Jusqu'au 25 mars 2018, vous avez l'occasion de soutenir les 5 grandes propositions de France Nature Environnement pour une mer et un littoral vivables en participant à la consultation publique ouverte par le Ministère de la Transition Écologique et Solidaire sur l’avenir de votre façade maritime. Pour cela, il vous suffit de cliquer sur chaque « je soutiens » à la fin de nos propositions, de s'inscrire ou se connecter sur le site internet dédié et mettre un « + » à notre proposition.

Plus nous serons nombreux, plus nous aurons de chance d'être entendus, dites à votre entourage #DéfendsTaMer en partageant cet article.

Je partage sur Twitter

Je partage sur Facebook

Voir aussi

Défends ta mer en Corse, PACA et Occitanie

Défends ta mer en Bretagne et Pays de la Loire

Défends ta mer en Normandie et Hauts-de-France

Par FNE
Le mercredi 21 février 2018
Je relaie J'agis Je donne