Actualités

Nouveaux OGM : non à la censure du Haut Conseil des Biotechnologies !

Face à la multiplication des nouvelles techniques d’amélioration génétique, il devient urgent de préciser leur statut juridique : OGM ou pas ? Pour que cette question soit tranchée scientifiquement et démocratiquement, FNE s'est mobilisée aujourd’hui avec sept structures paysannes et de la société civile.

Diverses techniques, déjà éprouvées ou nouvelles, sont utilisées individuellement ou en combinaison, pour modifier les végétaux (et bientôt les animaux) et leur donner de nouvelles caractéristiques. Cela va de l’édition du génome (par nucléases à doigt de zinc, TALENs, CRISPR/Cas, meganucléases ou mutagénèse dirigée par oligonucléotide) à la greffe entre parties OGM et non OGM, en passant par l’agroinfiltration ou la cisgénèse. Ces nouvelles techniques d’amélioration génétique, dites en anglais new breeding techniques (NBT), sont censées être plus précises et moins coûteuses que la transgénèse. Elles intéressent donc fortement les grands groupes agro-industriels, qui les développent activement et essaient de les exclure de la réglementation sur les OGM.

Car le statut juridique de ces nouvelles techniques n’est pas défini à ce jour. Les instances européennes et nationales y travaillent depuis quelques mois. C’est dans ce contexte que le Haut Conseil des Biotechnologies (HCB) a produit une première note sur le sujet en janvier 2016. Or, cette note a délibérément écarté l'avis divergent présenté par l'un des experts scientifiques. Cette censure, s’ajoutant à d’autres difficultés rencontrées dans le respect du débat contradictoire au sein du HCB, a conduit France Nature Environnement et sept autres organisations à suspendre leur participation aux travaux cette instance.

Nous voulions profiter de l’assemblée plénière du HCB, prévue ce 6 avril, pour rappeler notre exigence d’un débat objectif et transparent sur ce sujet des nouvelles techniques de manipulation génétique. Le pique-nique festif et le point presse prévus à cette occasion devant les locaux d'AgroParisTech, ont entraîné l’annulation de l’assemblée plénière, officiellement pour des questions de sécurité.

L'ensemble des organisations qui ont appelé à cette manifestation a décidé de la maintenir pour dire son refus de la falsification de l’expertise scientifique et d’un passage en force de ces OGM cachés.

Les représentants des structures concernées se sont donc retrouvés ce 6 avril 2016 à 12h devant les locaux d’AgroParisTech à Paris, pour exiger que les nouveaux végétaux soient soumis à la réglementation sur les OGM qui assure leur évaluation avant autorisation, leur traçabilité, leur étiquetage et leur suivi post-autorisation.

Par fne-writer
Le mercredi 06 avril 2016
Je relaie J'agis Je donne