Communiqués

Maldonne pour le projet de territoire autour de Notre-Dame-des-Landes

L’enquête publique sur le schéma de cohérence territoriale (SCOT) de Nantes-Saint-Nazaire est ouverte jusqu’au 21 octobre. Ce schéma est censé définir le projet de territoire de cette vaste inter-communalité, territoire pouvant comprendre le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes (NDDL). Réaction de France Nature Environnement qui a déposé une contribution inter-associative1 ce vendredi.

Des nouvelles informations et une tentative de justification de Notre-Dame-des-Landes

Notons qu’il est inconcevable que la consultation du 26 juin ait été organisée dans le seul département de Loire-Atlantique avant que ne soient étudiés les impacts conjugués du projet d’aéroport et de ses projets connexes. De fait, ce SCOT cherche surtout à convaincre la Commission européenne de lever la procédure d’infraction engagée contre la France pour absence d’évaluation environnementale stratégique Va-t-elle se contenter de ce document médiocre et peu pertinent ?

Notre-Dame-des-Landes et ses projets connexes : un impact environnemental et économique décuplé

Faire atterrir un aéroport en pleine campagne suppose de lourds aménagements. Outre le projet principal d’aéroport et sa desserte routière directe, il induit le réaménagement des voiries locales, la transformation autoroutière de la RN165, le projet ferroviaire LNOBPL, le projet de tram train, les réserves foncières des zones d’aménagement liées… a minima. Notre-Dame-des-Landes oriente massivement les investissements publics au détriment du financement d’un projet de territoire axé sur la transition écologique, utile à une plus grande part de la population résidente.

Un document insincère et lacunaire sur les impacts environnementaux cumulés

Ce projet de SCOT est insincère notamment quand y est affirmé que le projet d’aéroport a été optimisé en termes d’occupation du sol, alors même que son surdimensionnement a été établi par le rapport du CGEDD de mars 2016. Sa dimension « climat » est gravement lacunaire, comme l’a relevé l’autorité environnementale dans son avis du 20 juillet 2016, du fait qu’il n’expose pas les incidences cumulées en matière d’émission de gaz à effet de serre, notamment en phase chantier. Cette dernière implique en effet la destruction de nombreux milieux qui sont des pièges à carbone (bois, haies bocagères, zones humides). De graves lacunes sont aussi identifiées en matière de protection de la biodiversité, des eaux et des zones humides. Le projet de SCOT ne tire pas la moindre conséquence du fait que les impacts cumulés des projets connexes vont remettre en cause la création de zones de compensation environnementales identifiées pour le projet d’aéroport, qui se situent sur leur tracé.

Un schéma d’incohérence territoriale

Poser la construction de Notre-Dame-des-Landes comme un dû historique sans peser toutes ses conséquences économiques, environnementales, sociales et territoriales conduit à des incohérences entre les objectifs louables de transition écologique affichés par le SCOT et la réalité des moyens mis en œuvre :

Pour Denez L’HOSTIS, président de France Nature Environnement : « vouloir une « ambition partagée » pour « donner corps à une éco-métropole » à Nantes-Saint-Nazaire suppose que soit écartée toute obstination à vouloir construire un aéroport inutile et contesté y compris tout passage en force pour lancer les travaux ».

La déposition interassociative pour l’enquête publique du SCOT Nantes Saint-Nazaire

Télécharger ce communiqué en format PDF.


Télécharger le communiqué en PDF
Par FNE
Le vendredi 21 octobre 2016
Je relaie J'agis Je donne