Communiqués

Nucléaire : 4 impératifs pour une gestion stricte des matières et déchets radioactifs

Après 6 mois de débats et rencontres, le débat public sur le Plan National de Gestion des Matières et Déchets Radioactifs (PNGMDR) s’achèvera avec une réunion de clôture ce mercredi 25 septembre. Si le débat se termine, le plan est loin d’être abouti et de nombreuses questions restent en suspens. Les conclusions du débat seront rendues en novembre, puis les maîtres d’ouvrage (Autorité de Sûreté Nucléaire et Direction Générale de l’Energie et du Climat) devront apporter leur réponse. La 5ème version de ce plan sera ensuite rédigée. Pour France Nature Environnement, qui a participé au débat avec vigilance, ce plan devra être intransigeant sur plusieurs points clés.

Les déchets de la filière ne doivent pas se retrouver dans la vie quotidienne des Français

Pouvoir revendre les déchets de la filière électronucléaire : c’est le souhait du lobby de l’atome. Pourtant, comment imaginer que des ferrailles irradiées se retrouvent dans nos cuisines ? Pour garantir la sécurité des citoyens, garder les déchets de la filière électronucléaire au sein de cette même filière est une absolue nécessité. C’est ce que prévoit actuellement la réglementation. Cependant, les capacités de contrôle de l’ASN pour vérifier l’application de cette réglementation sont très insuffisantes… Et le lobby pousse pour l’assouplir.

Stop au « retraitement » qui augmente la dangerosité des déchets nucléaires

Le « retraitement » de déchets nucléaires consiste, grâce à l’utilisation du plutonium, en un pseudo-recyclage de l’uranium appauvri (déchet de la production nucléaire), qui augmente la quantité mais aussi la dangerosité des déchets nucléaires. Actuellement appelé « matière » et donc soumis à des règles de gestion plus laxistes et moins coûteuses, cet uranium appauvri est en réalité à au moins 90% du « déchet ». Il est donc urgent d’enfin qualifier de « déchet » tout ce qui doit l’être, mais aussi et surtout d’avoir une politique de vérité sur les coûts du nucléaire. Tirons le bilan de l’annonce de la fin du projet de réacteur nucléaire Astrid.

Cigéo, un projet irréaliste, inutile et hors de prix à suspendre

Le projet d’enfouissement de déchets radioactifs Cigéo doit être suspendu et ses alternatives enfin sérieusement étudiées. Car ce qui est aujourd’hui le plus monstrueux des Grands Projets Inutiles Imposés d’Europe demeure irréaliste et hors de prix sur le plan économique, mais aussi sur le plan humain (répression) et environnemental (défrichements, artificialisations, pollutions, etc.). Il y a bien des dépenses à engager pour renforcer la sûreté et la sécurité des entreposages et autres stockages avant de creuser à Bure.

Pour Michel Dubromel, président de France Nature Environnement, « il s'agit de remettre sur ses pieds la gestion des matières et déchets nucléaires, au lieu de tenter de l'adapter vainement aux désirs des exploitants. Pour cela, un approfondissement du dialogue environnemental et la mise en œuvre d'expertises indépendantes sont indispensables. Cela permettra de réellement établir les ressources et besoins nécessaires afin de gérer les matières et déchets nucléaires ».

Une seule option : arrêter de produire des déchets nucléaires

France Nature Environnement réaffirme que des alternatives existent et que la sortie de la production électronucléaire est inéluctable car elle est trop dangereuse, ruineuse et anti-démocratique.

Plus que jamais, il est nécessaire d’imposer la transparence de la filière et la prise en compte de l’avis de la population dans les décisions politiques. C'est seulement ainsi que le principe du pollueur-payeur sera effectivement respecté par un lobby nucléaire qui s’est trop longtemps considéré comme au-dessus des lois. A l'heure où la jeunesse se lève pour défendre le climat, il est aussi important de rappeler que le nucléaire, avec ses 2% de l'électricité mondiale, n'apporte aucune solution au réchauffement climatique.

Pour aller plus loin

Participation au débat – voir les cahiers d’acteurs des associations du mouvement : « 60 ans de déchets nucléaires à l'air libre, Une usine à hauts risques », « CIGÉO est irréaliste : il faut arrêter ce projet et étudier les alternatives » et « Position de France Nature Environnement sur le PNGMDR »
Communiqué d’avril 2019 : Débat sur les déchets nucléaires : le dilemme de la participation
Rapports IRSN : Analyse des possibilités d’entreposage à sec de combustibles nucléaires usés et Panorama international des recherches sur les alternatives au stockage géologique des déchets de haute et moyenne activité à vie longue
Commission d'enquête sur la sûreté et la sécurité des installations nucléaires
Télécharger le communiqué en PDF
Par FNE
Le lundi 23 septembre 2019
Je relaie J'agis Je donne