Bonnes pratiques

6 façons de lutter contre la déforestation sans bouger de chez soi

La déforestation, personne n’y est favorable. Pourtant, au quotidien, on y contribue sans en avoir conscience… ce qui veut dire qu’on peut aussi la combattre à notre niveau ! A l’occasion de la Journée Internationale des Forêts le 21 mars, nous faisons le point sur la déforestation et présentons des solutions à la portée de tous pour lutter contre ce fléau.

Découvrez nos 6 façons de lutter contre la déforestation

Une déforestation à plusieurs visages

Il existe des facteurs naturels de disparition des forêts, tels que la succession d’incendies ou de tempêtes, des attaques de parasites, la modification des pluies ou des vents… Un cas emblématique : le désert du Sahara était couvert de forêts il y a 6000 ans. Toutefois, en dehors de quelques exceptions de ce genre, la plupart des forêts dégradées redeviennent des forêts à plus ou moins long terme.

Les causes humaines de déforestation sont malheureusement d’une échelle et d’une intensité autrement plus élevées. Au premier rang, on trouve la conversion des forêts en champs cultivés (responsable de 73% de la déforestation), puis l’extension des villes (10%), la construction d’infrastructures telles que les barrages, les routes, etc. (10%) et l’extraction minière (7%) [1].

Déforestation en Malaisie (Photo : CEphoto, Uwe Aranas)

Étroitement liée à la croissance économique et démographique, la déforestation a sévi partout dans le monde au cours de l'Histoire. Si le phénomène est désormais inversé dans les régions tempérées où les forêts gagnent du terrain, ce sont actuellement les 3 principaux bassins tropicaux qui le subissent de plein fouet : l’Amazonie, le bassin du Congo et l’Asie du Sud Est.

En 2015, ce sont 7 millions d’hectares de forêts qui ont ainsi disparu. Bien qu’il reste alarmant, ce chiffre est en baisse par rapport à 1990 où la surface totale de forêts perdue cette année-là était de 16 millions d’hectares.

Augmentation (en vert) et diminution (en rouge) des surfaces forestières entre 1990 et 2015. Plus la couleur est prononcée, plus le rythme de gain ou de perte est élevé [1]

Une meilleure protection légale des forêts explique en partie cette tendance. La mise en œuvre de programmes de plantations y contribue également, bien que ces nouvelles forêts, jeunes et souvent peu diversifiées, ne soient pas équivalentes aux forêts perdues.

Nous avons besoin des forêts !

Les forêts, qui abritent 80 % de la biodiversité terrestre (encore davantage pour les forêts tropicales, principales victimes de la déforestation), sont indispensables au bien-être humain. Plus d’un milliard et demi de Terriens dépendent ainsi directement d’elles pour leur alimentation, leurs médicaments, leur logement ou la cuisson de leurs aliments [2].

Grandes consommatrices de CO2, les forêts sont également un de nos meilleurs atouts pour résister aux dérèglements climatiques. Les détruire, c’est provoquer le relargage de ce CO2 dans l’atmosphère. La déforestation est ainsi responsable de 20% des émissions mondiales de gaz à effet de serre…

La déforestation n’est pas une fatalité

Le phénomène de déforestation peut être inversé : c’est le cas dans les zones tempérées, où les forêts sont en expansion continue depuis plusieurs décennies. En France, les surfaces de forêt ont doublé en un siècle et demi, atteignant désormais plus de 16,5 millions d’hectares en métropole. Ceci s’explique par trois facteurs principaux : l’instauration d’une législation forestière protectrice dès 1847, conjuguée à des politiques de boisements volontaristes (protection des terrains de montagne et des dunes littorales notamment) et à l’expansion naturelle des forêts sur les terrains agricoles abandonnés.

À nous de jouer !

À l’échelle individuelle, on peut également agir pour combattre la déforestation, en appliquant 6 principes simples au quotidien

1. Vous aimez les objets en bois ? Achetez local !

Renseignez-vous sur le bois utilisé et sa provenance : privilégiez les espèces d’arbres locales et les circuits de proximité. Les distributeurs responsables « savent de quel bois sont faits leurs produits », ils sauront vous conseiller. Un bois qui voyage loin n’est pas bon pour le climat et les conditions d’exploitation des forêts sont plus difficiles à garantir.

2. La pâte à tartiner vous fait craquer ? Choisissez-la « sans huile de palme », ou encore meilleur, faites-la vous-même en testant nos délicieuses recettes !

À lui seul, le développement récent des cultures de palmiers à huile est en effet responsable de 20 % de la déforestation mondiale. En avoir conscience, ça pèse sur la digestion, n’est-ce pas ?

3. Passez au vélo pour aller moins souvent à la pompe !

Participer à la déforestation quand on prend sa voiture, le lien peut sembler incongru. Pourtant, les surfaces mises en culture pour fournir nos agrocarburants sont de grandes dévoreuses de forêts, et remplacent des cultures qui nous nourrissent. On ne peut pas toujours éviter de prendre sa voiture, mais si on y réfléchit, il y a bien des situations où c’est possible. Trouvez-en quelques-unes, vous ferez un geste pour les forêts et, au passage, pour votre santé aussi.

4.Les protéines animales : « moins et mieux », ça sauve aussi des arbres ! 

Être végétarien, végétalien ou carnivore, c’est un choix personnel qu’on se garde bien de commenter. Toutefois, la production massive de protéines animales (lait, œufs, viande...) par l’élevage industriel, outre qu’elle pose des problèmes de bien-être animal, est source de nombreux impacts environnementaux. Le soja utilisé pour nourrir les animaux d’élevage, par exemple, est souvent produit en Amérique du Sud au détriment de la forêt amazonienne. Il parcourt ensuite des milliers de kilomètres pour arriver jusqu’en Europe, ce qui aggrave son impact négatif sur le climat. Pour agir, on peut manger « moins » de lait, œufs et viandes et plus de protéines végétales. On peut aussi faire le choix du « mieux » : cherchez les labels qui vous assurent de la qualité des produits que vous achetez (par exemple : Label Rouge pour les volailles, certification biologique pour le lait et le porc, etc.).

5. Vous souhaitez planter des arbres sans bouger de chez vous ? C’est possible, et vous pouvez même aller les voir pousser ultérieurement !

On peut s’adresser à des entreprises de l’économie sociale et solidaire qui s’engagent à planter des arbres en contrepartie des achats que l’on fait auprès d’elles, à travers l’initiative « 1% pour la planète » par exemple. Il est également possible d’abonder des financements participatifs dédiés à la forêt, comme le propose l’entreprise Reforest’Action en France. Dans ce cas, on vérifie que les projets sont bien réels, géolocalisés, et on peut en profiter pour aller visiter la forêt que l’on a parrainée !

6. Vous souhaitez développer l’innovation dans l’économie ?

Ça tombe bien, nous aussi, on adore l’économie circulaire ! Pour que notre consommation pèse moins sur la planète, les forêts et le climat, donnons une seconde vie à nos produits en nourrissant l’économie circulaire par le réemploi, la customisation, le troc, le recyclage. Ça booste la créativité, ça crée des emplois et c’est bon pour la planète. Pour vous inspirer, consultez nos idées déco, cadeaux et conso originales et les publications de France Nature Environnement pour des produits qui durent.


[2] Objectifs de Développement Durable de l’ONU (en particulier, l’Objectif 15 sur les forêts, la désertification et la biodiversité)
Par FNE
Le lundi 20 mars 2017
Je relaie J'agis Je donne