Actualités

Bioplastiques, biosourcés, biodégradables… Comment s’y retrouver dans ces terminologies ?

Les « bioplastiques » sont de plus en plus présents dans nos produits de consommation courante et plus particulièrement dans leurs emballages. Cependant, nous sommes peu nombreux à les connaître véritablement. Quels sont les bioplastiques les plus fréquemment utilisés et comment savoir s’ils sont biodégradables et compostables ? En quoi leur développement pose-t-il problème actuellement ? France Nature Environnement fait le point

Les bioplastiques perpétuent notre dépendance aux plastiques

Plusieurs mesures de restrictions ont été prises par les pouvoirs publics afin de limiter la commercialisation de produits à usage unique comme les sacs en plastique, la vaisselle jetable ou encore les cotons tiges. Cependant, les interdictions ne prévoient pas la disparition de ces produits mais leur remplacement progressif par des produits plus épais ou ayant une teneur minimale en matières biosourcées, c’est-à-dire d’origine végétale.

Pour France Nature Environnement, les mesures mises en place, dont on ne connait pas encore le bilan d’application, posent des problèmes à plusieurs titres :

  • Elles ne vont pas dans le sens d’une réduction effective de la distribution de produits en plastique à usage unique et ne favorisent pas les systèmes alternatifs comme le vrac(dans la plupart des cas, les anciens produits ou emballages sont remplacés par d’autres qui contiennent toujours des plastiques conventionnels et qui ne sont pas véritablement réutilisables car peu solides) ;

  • Elles s'attaquent seulement aux articles en matières plastiques et risquent de favoriser le développement, en substitution, d’articles constitués majoritairement d'autres matières mais munis d'un film plastique (les gobelets en papier par exemple) qui pourraient se retrouver dans le compost ;

  • Elles renvoient des messages contradictoires et flous aux consommateurs qui peuvent penser que les produits et emballages sont désormais tous biodégradables, compostables et qu’ils peuvent être jetés dans la nature (les indications présentes sur les nouvelles gammes de sacs contenant des plastiques biosourcés sont particulièrement difficiles à interpréter, même pour des publics avertis) ;

  • Elles contribuent au développement de la filière des bioplastiques qui posent de nombreuses interrogations d’un point de vue environnemental et économique, aussi bien au moment de la fabrication (utilisation de ressources nourricières, transports liés aux importations…) que de la fin de vie de ces produits (faible taux de recyclage, débouchés restreints…).

Mais concrètement, c'est quoi les "bioplastiques" ?

Les bioplastiques englobent des catégories de matériaux de différente nature que l’on retrouve de plus en plus dans les emballages. L’utilisation du préfixe « bio » peut désigner d’une part des plastiques biosourcés, issus de ressources d’origine végétale (le maïs, le blé, la canne à sucre ou encore la patate douce par exemple), et, d’autre part, des plastiques biodégradables, pouvant se décomposer par un processus biologique qui fonctionne grâce à l’action de micro-organismes (bactéries, champignons, vers…).

Certains bioplastiques sont à la fois biosourcés et biodégradables mais tous les bioplastiques ne sont pas forcément biodégradables.

D’une manière schématique, les bioplastiques regroupent :

  • Les plastiques biosourcés et biodégradables dans lesquels on retrouve notamment le PLA (acide polylactique) et les PHA (polyhydroxy-alcanoates), fréquemment utilisés dans la fabrication d’emballages (sacs en plastique et barquettes alimentaires entre autres) et de matériel chirurgical (matériels de suture, implants, etc.).

  • Les plastiques biosourcés non biodégradables, comme le bio-PE (bio-polyéthylène), le bio-PET (bio-téréphtalate d’éthylène) ou encore le bio-PTT (bio-polytéréphtalate de triméthylène) qui peuvent avoir des applications industrielles très diverses (production de sacs, films, flacons, bouteilles, boîtes type Tupperware, prothèses, fibres textiles, etc.).

  • Les plastiques conventionnels (issus de la pétrochimie) biodégradables qui peuvent par exemple se présenter sous la forme du PBAT (polybutylène adipate-co-téréphtalate), du PBS (polybutylène succinate) encore du PCL (polycaprolactone). Ils sont présents dans de nombreux secteurs et produits.

Comment identifier les emballages « biodégradables et compostables » ?

Parmi les bioplastiques biodégradables, certains ne répondent pas aux exigences de compostabilité définies par la norme européenne de référence EN 13432. Cette norme prévoit 5 exigences principales :

  • La composition : la norme établit un taux de concentration maximal à ne pas dépasser pour les solides volatils, les métaux lourds et le fluor présents dans la composition du matériau d’emballage ;
  • La biodégradabilité : le matériau d’emballage doit pouvoir se décomposer rapidement, avec un seuil de biodégradabilité d’au moins 90% à atteindre en 6 mois maximum ;
  • La désintégration : après 3 mois de compostage, au moins 90% (en masse) de l’emballage fragmenté doit passer au travers des mailles d’un tamis de 2 mm ;
  • La qualité du compost final et l’écotoxicité : la présence du matériau d’emballage ne doit pas modifier la qualité du compost final (maintien des paramètres chimio-physiques), ni présenter de danger pour l’environnement. La norme prévoit notamment la réalisation de tests d’écotoxicité et exige une performance supérieure à 90% de celle du compost témoin correspondant.

Les emballages dont les matériaux répondent à toutes ces exigences peuvent être valorisés par compostage, au même titre que des déchets organiques (déchets alimentaires, déchets verts…).

Les logos OK Compost, Seedling/Plantule et OK Compost Home, délivrés par l’organisme Vinçotte, certifient que les produits sur lesquels ils sont apposés sont biodégradables ET compostables (en compostage industriel ou en compostage domestique dans le cas du « Home »).

D’autres logos existent comme OK Biodegradable, qui garantit un certain niveau de biodégradabilité d’un produit dans un milieu spécifique (eau, sol…), ainsi que OK Biobased qui donne des indications sur le taux en matières premières renouvelables d’un produit, avec un système de notations allant de 1 à 4 étoiles.

Dans tous les cas, ces logos ne renvoient pas aux mêmes conditions de dégradation et de compostage, d’où l’importance de bien se renseigner sur leurs significations. Plus d’informations sur : http://www.okcompost.be/fr/

Repère : le point sur les interdictions des produits et emballages en plastique à usage unique

La loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte a mis en place l’interdiction des sacs plastique à usage unique dans les commerces alimentaires et non-alimentaires. Depuis le 1er juillet 2016, seuls des sacs plastique réutilisables, d’une épaisseur de plus de 50 microns, ou composés d’autres matières que le plastique (papier, tissu…) peuvent être distribués en caisse, que ce soit à titre gratuit ou onéreux. Et depuis le 1er janvier 2017, cette interdiction s’applique également aux autres sacs distribués sur les lieux de vente (sacs mis à disposition dans les rayons fruits et légumes, fromagerie ou boucherie par exemple). Pour ces derniers, seuls restent autorisés les sacs biosourcés, avec une teneur minimale exigée en matière végétale qui augmente progressivement dans le temps (30% en 2017, 40% en 2018, 50% en 2020 et 60% en 2025), et compostables en compostage domestique1. La partie « non biosourcée » des sacs provient toujours de dérivés du pétrole.

Cette même loi a aussi entériné l’interdiction, à partir de 2020, de la mise à disposition de gobelets, verres et assiettes jetables de cuisine pour la table en matières plastiques. Là encore, seuls les articles compostables en compostage domestique et constitués, pour tout ou partie, de matières biosourcées pourront continuer à être distribués à titre onéreux ou gratuit. La teneur minimale biosourcée exigée est de 50% en 2020 et de 60% en 20252.

La loi pour la reconquête de la biodiversité prévoit quant à elle l’interdiction de mise sur le marché de gommages à microbilles plastique (à partir du 1er janvier 2018) et de cotons tiges en plastique (à partir du 1er janvier 2020)3.

A noter que tous les emballages constitués de plastique oxo-fragmentable sont interdits depuis 2015. Un plastique oxo-fragmentable est dégradable mais non assimilable par les micro-organismes et non compostable conformément aux normes en vigueur applicable pour la valorisation des plastiques.

Par fne-writer
Le mercredi 28 juin 2017
Je relaie J'agis Je donne
Faire un don