Actualités

En quoi les zones humides sont-elles d’utilité publique ?

Reconnues d’intérêt général par la loi, les zones humides souffrent d’un manque de reconnaissance. Intensification des pratiques agricoles, aménagements hydrauliques inadaptés ou encore pression urbaine ont déjà détruit, entre 1960 et 1990, 67 % de ces territoires de rencontre entre l’eau et la terre. Pourtant, elles sont d’utilité publique. Quelques exemples.

Les zones humides abritent une riche biodiversité

Selon l'ONEMA (Office national de l’eau et des milieux aquatiques), 30 % des espèces végétales remarquables et menacées vivent dans les milieux humides et environ 50 % des espèces d'oiseaux dépendent de ces zones. A titre d’exemple, en Rhône Alpes, les tourbières ne recouvrent que 0,25 % du territoire mais abritent le tiers des espèces rares et protégées. Une zone humide, c’est donc essentiel pour le maintien de la biodiversité.
 

Elles jouent un rôle de régulation des sècheresses et les inondations

Les zones humides sont un rempart naturel contre les sècheresses et inondations. Elles possèdent une fonction d’éponge. En cas d’inondation, elles retiennent les eaux et stockent le surplus : jusqu’à 15 000 m2 d’eau pour certaines. En cas de sècheresse, cette eau stockée est doucement libérée dans la nature. Un territoire primordial, notamment face aux conséquences du dérèglement climatique qui engendre une augmentation du nombre de phénomènes météorologiques exceptionnels.

Les zones humides dépolluent

Le travail conjoint de la faune et de la flore permet de réduire la pollution causée par les métaux lourds, nitrates ou encore les pesticides. Ainsi, afin de dépolluer de l’eau en Île de France, l’IRSTEA – Institut national de recherche en sciences et technologies pour l’environnement et l’agriculture – et le CNRS ont choisi de créer des zones humides. Les résultats sont significatifs. Sur 100 pesticides présents dans l’eau à l’entrée, la réduction des concentrations a été de 50 % au bout d’une semaine. Du côté des nitrates, la concentration est passée d’une moyenne de 60 et 70 mg/l et à une moyenne de 20 mg/l, avec une forte variabilité suivant les saisons.

Lire aussi : Comment les zones humides contribuent à dépolluer les milieux aquatiques ?

Elles stockent du CO et du CO2

Dans le domaine du stockage de carbone, ce sont les tourbières qui excellent. Des tourbières, ce sont des territoires dont le sol est issu de la dégradation incomplète de débris végétaux dans un milieu saturé en eau. Ces dernières ne couvrent que 3 à 4 % des terres émergées de la planète mais stockent 25 à 30 % du carbone dans les écosystèmes terrestres, soit deux fois plus que les forêts du monde. Et si les tourbières sont les premières dans le domaine, les autres zones humides assurent également ce rôle : une étude menée en 1999 estimait que la valeur commerciale de stockage du carbone pour une zone humide "quelconque" est de 150 €/ha/an.

Elles diminuent l’érosion des sols

Le sol et la flore des zones humides ralentissent et retiennent l’eau. Cela réduit le ruissellement, une cause d’érosion des sols. Sauvegarder une zone humide, c’est donc préserver nos paysages.

France Nature Environnement défend les zones humides

Faire connaître les zones humides, sensibiliser le grand public sur ces espaces exceptionnels, les défendre dans les commissions et instances de décision, dénoncer et alerter les pouvoirs publics lorsqu’elles sont menacées... Les actions de France Nature Environnement en faveur de ces territoires sont nombreuses. A l’occasion de la journée mondiale des zones humides, pourquoi n’assisteriez-vous pas à l’une des animations près de chez-vous ?

Découvrez les animations 2017

Par FNE.
Le lundi 02 février 2015
Je relaie J'agis Je donne