Actualités

Loi alimentation : le BINGO des défis à relever pour les députés

La rentrée a sonné pour les députés qui reprennent leur travail sur la Loi alimentation. Cette Loi est censée répondre à deux grands enjeux des États généraux de l’alimentation : équilibrer les relations commerciales dans le secteur agricole et enclencher une transition agroécologique des systèmes alimentaires. Afin qu’elle réponde à ce dernier défi, France Nature Environnement a réalisé le grand bingo des grandes avancées fortement attendues dans cette loi.

Le défi est de taille pour l’Assemblée : aujourd’hui, le principe de la loi alimentation est sur le papier intéressant mais les avancées concrètes proposées sont décevantes. La Loi ne donne que peu de garanties sur les attentes des citoyens en matière de santé et de protection de l’environnement. L’étiquetage, le bien-être animal, l’interdiction du glyphosate… Résumé de ce que France Nature Environnement défend dans cette loi. Les députés oseront-ils le carton plein ?


De l’info pour le consommateur !

France Nature Environnement défend la mise en place d’un étiquetage environnemental. Objectif : informer le consommateur sur le nombre et la nature des traitements aux pesticides, le mode d’élevage des animaux, la présence ou non d’OGM dans leur alimentation ou encore la rémunération de l’agriculteur. Cela permettra de donner la possibilité aux consommateurs de choisir de soutenir une agriculture respectueuse de l’environnement et de la santé. L’amendement avait été voté par l’assemblée nationale contre l’avis du gouvernement. Il a été supprimé suite au passage au Sénat. 

Interdire le Glyphosate

Le glyphosate est un pesticide classé cancérigène probable par le Centre International de Recherche sur le Cancer et est suspecté d’être un perturbateur endocrinien. Pourtant, il est toujours autorisé en France. Conscient du danger pour la santé des citoyens, Emmanuel Macron a promis lors de la campagne présidentielle son interdiction en France au plus tard dans trois ans. Il convient d’inscrire dans la loi la promesse du Président de la République.

Interdire tous les Néonicotinoïdes

L’interdiction des néonicotinoïdes avait été obtenue en 2016 dans la Loi biodiversité. Évidemment, rapidement, les laboratoires de l’agro-industrie ont réussi à sortir de nouvelles molécules au mécanisme semblable et donc aux impacts sur la biodiversité identiques mais qui échappaient à l’encadrement législatif. La loi alimentation, doit élargir la définition des néonicotinoïdes « aux modes d’actions identiques » et ainsi permettre d’interdire l’ensemble des néonicotinoïdes.

Protéger les riverains de l’épandage des pesticides

L’épandage des pesticides à proximité des habitations comporte un haut risque de contamination pour les riverains. Il est nécessaire d’interdire et encadrer l’épandage de pesticides à proximité des habitations comme c’est aujourd’hui le cas pour les écoles ou les hôpitaux.

Des plats végétariens dans les cantines

La réduction de notre consommation de protéines animales est une des conditions nécessaires pour lutter contre le dérèglement climatique.  Cette consommation excessive implique un recours quasi exclusif à l’élevage industriel, dont les effets en termes de souffrance animale et d’impact environnemental ne sont plus à décrire, à l’image de ces marées vertes qui intoxiquent le littoral breton.
Changeons nos modes de consommation : appliquons un repas végétarien hebdomadaire dans les cantines scolaires.

Interdiction de l’élevage des poules en cage

Les systèmes d’élevage en cage pour les volailles sont emblématiques des élevages industriels qui bafouent le bien être des animaux. L’inscription dans la Loi de la fin de l’élevage en cage doit traduire l’engagement du Président de la République pour le bien être animal. Pour rappel, il déclarait lors du discours de Rungis vouloir « faire disparaître l’élevage en batterie des poules pondeuses au profit des élevages alternatifs ».

Séparation du conseil et de la vente pour les pesticides

Actuellement, le conseil aux agriculteurs est délivré par... des vendeurs de pesticides. Une situation qui incite peu à réduire leur usage. Alors que l’impact des pesticides sur la santé et sur l’environnement ne fait plus de doute, France Nature Environnement milite pour une séparation nette et franche du conseil et de la vente de pesticides. Cette mesure, qui fait l’objet d’un engagement du Président de la République dans son programme de campagne, est structurante pour atteindre les objectifs de baisse de l’usage des pesticides en France.

Interdire le titane dans notre alimentation

Le dioxyde de titane est une nanoparticule utilisée par l’agroalimentaire pour blanchir et rendre brillants certains produits. Une nanoparticule avant tout esthétique qui s'avère particulièrement préoccupante pour notre santé : elle est potentiellement cancérogène et reprotoxique (nocifs pour la reproduction). Parce la santé compte plus que l'esthétique, France Nature Environnement appelle à l'interdiction du dioxyde de titane dans notre alimentation.

Vous partagez nos demandes ? Partagez notre bingo !

Partagez sur Facebook

Partagez sur Twitter

Partagez sur Linkedin

Par FNE
Le mercredi 12 septembre 2018
Je relaie J'agis Je donne