Chemin de traverse

Le discours d'un pois : mangeons moins et mieux de viande !

La #MissionAlimentation de France Nature Environnement, c'est 10 semaines de défis pour réduire l'impact environnemental de notre assiette. Ce vendredi 23 septembre 2019, nos très chers agents de l'alimentation durable ont reçu dans leur boîte mail le troisième round de défis maison. Nom de code de ce mailing : le discours d'un pois.

Dans les épisodes précédents

Le manifeste : votre mission, si vous l'acceptez, consiste à manger durable

#MissionAlimentation : la bande annonce

1 - Moi, moche et succulent : réduisez en purée le gaspillage alimentaire

2 - Label et la bête : apprenez à décrypter les étiquettes alimentaires

Un sujet qui rend bègue

Bon... Euh… Alors… La #MissionAlimentation de France Nature Environnement vous lance cette semaine un défi… euh… un défi absolument essentiel pour manger de façon plus respectueuse de l’environnement mais… euh… Nous perdons nos mots car chez certaines personnes, ce sujet provoque… comment dire... des réactions déraisonnablement épidermiques ? De surprenants blocages intellectuels ? Ne tournons plus autour du pot. Parlons viande. Le challenge de la semaine, c’est de diversifier nos apports en protéines. En somme, manger plus de légumineuses, moins de viande mais de la viande de meilleure qualité. Ne tremblez pas, ça va bien se passer. L’environnement, votre équilibre alimentaire, votre portefeuille mais aussi vos papilles vont même vous dire merci.

Pratiques intensives, déforestation massive : écoutons la voix de la raison

Hop, hop ! Avant de scander « Touche pas à ma viande », « le saucisson c’est méga bon » et autres « mon bifteck il est trop chouette », soufflez un coup. Direction le poumon vert de la planète et les intolérables incendies ravageant l’Amazonie cet été. À juste titre, la responsabilité du président Jair Bolsonaro a été pointée du doigt mais celle de nos assiettes ?

La première cause de déforestation de l’Amazonie est de « libérer » de la place pour y installer de grandes monocultures de soja, souvent OGM. De ce soja sont, entre autres, extraits des tourteaux qui servent de nourriture aux poulets, porcs et autres bovins des élevages industriels présents dans… oh ! Nos assiettes. Ainsi, la France est le troisième pays à qui le Brésil exporte des tourteaux de soja, derrière les Pays-Bas et la Thaïlande.

Si l’élevage industriel fait partie des responsables de la déforestation, il est aussi à l’origine de conditions de vie indignes des animaux, d’érosion des sols, de pollution des eaux ou encore d’importantes émissions de gaz à effet de serre. Le bilan du GIEC sur notre consommation de viande est sur ce point accablant.

Alors, tous végés ? Pas si simple. L’élevage extensif, qui permet notamment aux animaux d’accéder aux pâturages, façonne des paysages aux terres peu fertiles, où le carbone est stocké. Il produit aussi un engrais indispensable aux cultures bio, plus respectueuses de l’environnement. Le défi, c’est donc de manger moins de viande ce qui, grâce à ces économies, va vous permettre de manger de la bien meilleure viande ! Allez, venez tester, vous allez vous régaler.

Level 1 : semaine flemmarde ? Osez le bilan protéino-viandique

Pour commencer, installez-vous tranquillement. Prenez un stylo, un papier et fouillez votre mémoire. Combien de fois avez-vous mangé de la viande depuis une semaine ? C’était quoi ? Qu’avez-vous consommé en fromages, yaourts ou encore œufs ? N’oubliez pas les plats préparés, repas à l’extérieur et autres sandwichs. Avec ce bilan, vous allez mieux connaître votre « point de départ », les types de viandes, la fréquence, mais aussi vos sources de protéines animales.

Et là, un très succinct rappel s’impose : les protéines, chacun de nous devrait un jour leur écrire une ôde car sans elles, nous n’existerions pas. Leurs rôles pour notre corps sont incroyablement nombreux. Certaines participent au renouvellement de nos cellules, d’autres nous aident à digérer ou encore forment des escadrons d’anticorps pour nous protéger des attaques extérieures. En somme, les protéines, c’est la vie. L’ANSES recommande d’en manger 0,83 g par kilo et par jour. Soit, 41,5 g par jour pour une personne de 50kg, 58,1g pour quelqu’un de 70 kg, etc. Si les viandes contiennent beaucoup de protéines, ce ne sont pas les seules : certains végétaux également et notre seconde mission va être… de les cuisiner !

Level 2 : semaine motivée, devenez le roi des pois

Céréales. Oléagineux. Légumineuses. Ces noms, répétez-les bien : ce sont les rois de la protéine végétale. Derrière les « céréales », il y a le riz, sarrasin, épeautre, pâtes complètes, quinoa, etc. Côté oléagineux, vous trouverez les noix, noisettes, amandes, pistaches, graines...

Quant aux légumineuses (haricots, pois, mogettes, pois chiches, lentilles…), ce sont les chouchoutes de France Nature Environnement. En plus d’être bonnes pour vos papilles, riches en protéines, fibres, minéraux et vitamines, elles sont des super-héroïnes du climat. « LES » légumes magiques contre le dérèglement climatique car elles récupèrent naturellement l’azote de l’air pour le fixer dans le sol, ce qui évite d’avoir recours à des fertilisants azotés ultra émetteurs de gaz à effet de serre. Bonus, elles améliorent les rendements, sont cultivables sur tous les continents et se conservent très longtemps (ciao le gaspillage alimentaire). Pas royales nos légumineuses ?

Alors deuxième défi de la semaine : cuisinez-les. Testez une recette ou le repas complet. Plutôt falafel de 750g, galette aux pois chiches ou au dahl de lentilles corail ? Peut-être le curieux et délicieux brownie à base de... haricots rouges ? Essayez, vous allez adorer.

Level 3 : semaine de winner, adoptez le moins et mieux cette semaine

Un jouissif effet 3 en 1 s’observe avec ce repas sans viande : 1) vous vous régalez 2) votre bilan carbone diminue 3) le repas est moins coûteux. Vous avez l’âme d’un winner cette semaine ? Relevez le défi de réduire d’un tiers le nombre de repas avec de la viande pour consommer de la viande de qualité. Sachez que le dernier Programme National Nutrition Santé recommande de ne pas en manger plus de 500g par semaine. Résultat : 3 à 5 fois par semaine, en vrai, c’est largement suffisant.

Côté qualité, souvenez-vous de notre défi décryptage d’étiquettes de la semaine dernière : achetez de la viande certifiée Agriculture Biologique, Haute Valeur Environnementale ou encore Bio Cohérence. De la viande de veau pour ce midi ? Choisissez une viande à la couleur rosée ou rouge et non blanche. Si elle est blanche, c’est que le veau n’a pas été élevé à l’herbe et a été rapidement engraissé. Enfin, pour lier diminution de votre consommation de viande et aide à la recherche scientifique, n’hésitez pas à rejoindre le programme « lundi vert ». Vrai winner cette semaine !

L’article de la semaine est… un podcast

Le mantra de ce mail ? Mettez de la diversité dans vos assiettes. Pour creuser les enjeux de cette petite phrase, n’hésitez pas à mettre dans vos oreilles le très bon podcast de l’émission « de la terre à l’assiette : la viande est-elle climato-compatible ? » sur France Culture. Une belle justesse d’analyse.

THE question de la semaine

Pour finir, nous aurions besoin d’un conseil. Lorsque nous organisons un évènement, France Nature Environnement propose des repas 100 % végétariens, mot qui provoque parfois un profond blocage intellectuel. Comment feriez-vous à notre place ?

 

 

La palme d'or

Dans la catégorie packagings donnant un sentiment d’écologie sans pourtant ne rien garantir, la palme de la roublardise revient à… roulement de tambour… la mention « 100 % naturel » élue la semaine dernière grande roublarde par 52 % de nos lecteurs et lectrices adoré.es. Bravo au packaging tout vert qui s’est bien défendu (26%) mais aussi au petit drapeau français ne signifiant pas produit en France (22 % des votes).

L'épisode suivant

Poulp Fiction : manger du poisson sans les menacer de disparition ?

Cette chouette #MissionAlimentation est soutenue financièrement par l’ADEME et bénéficie d'un partenariat d'image de 750g.com : merci pour cet appui chers partenaires ! Merci également à Isabelle Bretegnier, Diététicienne Nutritionniste Alimentation Saine et Durable et Coordinatrice du collectif « Pas d'Usine, On Cuisine ! » pour la relecture de ce discours d’un pois. Enfin, bravo à la talentueuse Marion Jouffroy pour les dessins.

Une personne super sympa vous a transmis ce mail et vous aimeriez vous aussi participer à la #MissionAlimentation ? Une seule méthode : signer le manifeste par ici.
Par FNE
Le lundi 23 septembre 2019
Je relaie J'agis Je donne