Chemin de traverse

Poulp Fiction : manger du poisson sans les menacer de disparition

La #MissionAlimentation de France Nature Environnement, c'est 10 semaines de défis pour réduire l'impact environnemental de notre assiette. Ce vendredi 27 septembre 2019, nos très chers agents de l'alimentation durable ont reçu dans leur boîte mail le quatrième round de défis maison. Nom de code de ce mailing : Poulp Fiction.

Dans les épisodes précédents

Le manifeste : votre mission, si vous l'acceptez, consiste à manger durable

#MissionAlimentation : la bande annonce

1 - Moi, moche et succulent : réduisez en purée le gaspillage alimentaire

2 - Label et la bête : apprenez à décrypter les étiquettes alimentaires

3 - Le discours d'un pois : mangeons moins et mieux de viande !

Cette semaine, les poissons sont à l’a-fish !

Hey Honey Bunny ! Prêt·e à relever un nouveau défi ? Pour garder la pêche, l’équipe de France Nature Environnement vous propose une arme infaillible : glissez dans vos oreilles cette cultissime bande-originale. Dès que vous l'entendez, lancez vous pour un grand plongeon depuis nos assiettes jusqu’à... l’Océan. Nous n’allons pas noyer le poisson sur l’arrivée, cet Océan frôle la rupture de stock. La #MissionAlimentation de la semaine, c’est donc d’influer sur le scénario pour que la fin du poulpe reste... une fiction. Ready ?

L’Océan est en danger et ce n’est pas du cinéma…

Non, faire vos yeux de merlan frit n’y changera rien. Vous adorez peut-être les sushis mais promis, la rupture des stocks de l’Océan, ce n’est pas seulement France Nature Environnement qui le dit. Dans son rapport Sofia de 2016, la très sérieuse FAO souligne que 31 % des stocks mondiaux de poissons sauvages sont surexploités. Leurs populations n’ont pas le temps de se renouveler. À cela s’ajoute les espèces de poissons « pleinement exploités » : 58 %. Total : 89 % des poissons sauvages sont surexploités ou pleinement exploités, vraiment de quoi s’inquiéter.

En parallèle, la consommation de chaque personne a presque doublé en 50 ans pour atteindre plus de 20 kilos par an et par personne au niveau mondial. Ajoutez à cette recette la croissance démographique, le développement de la pêche illégale, le boom de techniques industrielles de pêches mais aussi entre 17,9 et 39,5 millions de tonnes de poissons pêchés « par erreur » chaque année et vous obtenez… BOUM. Des écosystèmes marins particulièrement mal en point.

L’élevage de poissons, une alternative ? Non. L’aquaculture fournit la moitié des produits de la mer présents dans nos assiettes mais avec 8 % à 10 % de croissance par an depuis 30 ans, le développement fulgurant de ces élevages entraîne dans son sillage de nombreux dégâts écologiques. Dégradation de mangroves, pollution des eaux, rejets de produits chimiques et médicaments, interactions des poissons échappés avec les espèces sauvages… Le secteur a largement de quoi s’améliorer. Ok. C’est bien moche tout ça, mais que faire à votre échelle ? Suivez le guide.

Level 1 : semaine flemmarde, y a quoi là-dedans ?

Commençons avec une anodine question : sauriez-vous citer - de tête - 10 espèces de poissons qui se mangent ? Attention, le poisson pané ou le surimi ne comptent pas. Alors ? Vous les avez ? Good job. Maintenant, même question que lors du défi de la semaine dernière : quels sont les produits de la mer que vous avez mangés durant les 7 derniers jours ? Faites la liste avec, à chaque fois, le type de poissons. Nous soupçonnons que dedans, il y a du saumon, du cabillaud et/ou du thon. France Nature Environnement a bon ?

En France, deux espèces concentrent à elles seules entre 40 % et 50 % de la consommation de produits de la mer : le saumon et le cabillaud (rebaptisé morue lorsqu’il est séché et salé). Vous devinez sans doute le hic. D’une part, chacun de nous mange en moyenne trop de poissons comparé à ce que la nature arrive à fournir, de l’autre, il y a un flagrant manque de diversité dans les poissons consommés.

Résultat : le saumon d’Atlantique, le cabillaud de Manche et de Mer du Nord, le thon rouge, le bar, merlu, merlan et autres églefins sont – par exemple - surexploités. S’il vous plaît, au moins cette semaine, évitez-les. À la place, testez un poisson de saison et aux stocks non surexploités. Cuisinez un bon petit grondin perlon, un filet de rouget ou encore essayez le turbot aux herbes aromatiques.

Level 2 : semaine motivée, oh come on !

Encore motivé·es ? Alors chaussez vos lunettes, il va falloir regarder les étiquettes ! Depuis 2014, les engins et techniques de pêche doivent être affichés sur les produits de la mer, ce qui va pouvoir vous aider à faire de meilleurs choix. Alors, on prend Senne sur DCP ou senne sur banc libre ? Petit topo des techniques de pêche à éviter ou à privilégier.

Voilà, vous êtes quasi prêt·es à faire vos courses comme un poisson dans l’eau : le défi de motivé est accessible, il suffit d’imprimer ce résumé téléchargeable ici. N’hésitez pas à l’emporter pendant vos achats.

Level 3 : semaine de winner, vous êtes comme une voiture de course là

Moins de poissons ? Check.

Des poissons plus variés ? Check.

Une attention sur les techniques de pêche ? Check.

Si vous avez l’âme d’un winner, nous vous lançons un dernier défi : optez pour le circuit court ! Vous habitez près de la mer ? Aucune excuse pour ne pas aller sur les petits stands de pêcheurs à proximité du port. Vous êtes davantage ville, campagne ou montagne ? Regardez ce que proposent des entreprises telles que Poiscaille, une déclinaison marine des paniers de légumes bio sur abonnement ou encore Pour de bon, place de marché alimentaire du producteur au consommateur. Avantages de ces circuits courts : du poisson frais, d’origine française et qui assure une juste rémunération des pêcheurs.

Si vous êtes un résistant des rayons de supermarchés, une petite parenthèse labels s’impose. Il existe de nombreux labels, le plus connu étant probablement Marine Steward Council (MSC) pour les produits pêchés en mer et sa déclinaison pour les produits de la mer issus d’élevage, le label ASC. Vous remarquerez aussi le label « Pêche durable » porté par l’établissement public FranceAgriMer. Seulement, pour France Nature Environnement, il peut y avoir anguille sous roche : ces labels ne garantissent pas à 100 % que ces produits sont issus de pêcheries et élevages réellement durables. Nous sommes tentés de vous dire qu’ils prônent donc le moins pire sans pour autant, malheureusement, garantir le meilleur.

L’article de la semaine est… un reportage

« Molo sur le Cabillaud » : c’est le nom du doc du dimanche de France 5 que France Nature Environnement vous recommande vivement cette semaine. 52 minutes pour mieux comprendre les enjeux et effets de la pêche sur l’un des poissons préféré des français.es.

THE question de la semaine

 

Verdict : ménageons les gronchons.

Face aux curieux blocages intellectuels que provoque chez certain·es le mot « végétarien », vous êtes incontestablement adepte de… la parade : 71 % des votants ! La plupart (37 %) optent pour « menu du jardin » quand 34 % affichent l’ambition de notre menu « gastronomie et environnement ». Seul 29 % d’entre vous nous incite à assumer le terme quitte à se frotter aux gronchons.

L'épisode suivant

Le seigneur des fourneaux : repérer, éviter et remplacer les aliments ultra-transformés

Cette chouette #MissionAlimentation est soutenue financièrement par l’ADEME et bénéficie d'un partenariat d'image de 750g.com : merci pour cet appui chers partenaires ! Bravo également à la talentueuse Marion Jouffroy pour les dessins.

Une personne super sympa vous a transmis ce mail et vous aimeriez vous aussi participer à la #MissionAlimentation ? Une seule méthode : signer le manifeste par ici.
Par FNE
Le lundi 30 septembre 2019
Je relaie J'agis Je donne