Bonnes pratiques

Ma démarche pour rendre ma garde robe plus respectueuse de la planète

Réduire ses déchets pour moins polluer : ce défi, de nombreuses personnes au sein des équipes de France Nature Environnement tentent de le relever. Et quand nous avons besoin de conseils, Florentine, qui diminue depuis plusieurs années le poids de ses poubelles, se révèle être une mine d'informations. À l'occasion de la sortie de l'enquête de France Nature Environnement sur les impacts de l'industrie textile sur l'environnement, notre « coach » officieuse a donc accepté d'expliquer sa démarche pour rendre sa garde-robe plus respectueuse de la planète. Témoignage.

Ma garde-robe, ma conscience et moi

Pour certains, s'habiller c'est juste une obligation sociale, pour d'autre, une véritable passion. Pour moi, sans être une fashionista, j'y accorde de l'importance. Mes vêtements expriment une part de ma personnalité, de mon humeur, et cela change selon les jours. Ainsi, dans ma démarche pour réduire mes impacts environnementaux, ce n'est pas par ma garde-robe que j'ai commencé, d’abord parce qu’il s’agit de mon image, mais avant tout parce que j'étais plus sensibilisée à l'impact de mon alimentation ou de mes produits ménagers qu'à ceux de mes vêtements.

J'ai fini par m'attaquer au sujet après avoir vu la vidéo Unravel, de Meghna Gupta. Un vrai déclic. 1,2 milliards de tonnes de gaz à effet de serre émis par an, 20 % de la pollution des eaux mondiales1 … Plus je m'intéressais aux impacts du textile, moins je pouvais faire l'autruche. Ma consommation vestimentaire fait partie du problème, reste à trouver comment la rendre plus vertueuse sans le vivre comme une contrainte.

Faire le vide dans ses placards, c'est éclairant pour l'esprit

Première étape : vider mes placards. J’ai lu quelque part que 70 % de notre garde-robe ne serait pas utilisée2. À ma grande surprise, je corresponds à cette statistique ! En voyant tous mes vêtements sortis de leur armoire, je me rends compte qu’entre mes achats réguliers, la valeur sentimentale de certaines pièces et le fait que je déteste jeter ce qui peut encore servir, je ne porte qu’une faible quantité de ce que je possède… Pourtant, faire le tri me parait difficile. Virée sur Internet pour trouver de l’aide.

Des trucs et astuces sont proposés un peu partout, avec en tête la méthode inspirée du livre « La Magie du rangement » de Marie Kondo. Un crédo me marque : « est-ce que cet objet vous apporte de la joie ? ». Je me mets au milieu de mes piles et commence à trier, en utilisant plusieurs critères : les vêtements que j’ai porté ces deux dernières années, ceux dans lesquels je me sens bien, et ceux que j’aime vraiment... C'est un tri qui remet en question nos habitudes. Pourquoi garder les habits « utiles quand j'aurai perdu quelques kilos » et qui se révèlent culpabilisants ? Pourquoi est-ce que je rachète chaque année le T-shirt basique noir alors que je n'en manque pas ? J’y passe mon dimanche et sors cinq gros sacs de mes placards. Moi qui pensais ne pas avoir grand-chose à me mettre, j'y vois bien plus clair !

Un grand vide à l'origine de plein de petits plaisirs

Démarche réduction des déchets oblige, je cherche une deuxième vie à ces vêtements. Premier réflexe : j’appelle une dizaine de copines pour une soirée pendant laquelle elles peuvent se servir. Bim, deux sacs vidés, des amies ravies et une très bonne soirée.

Avant, j’avais mis à part un manteau jamais porté, acheté sur un coup de tête à un prix assez… coquet. Pour lui, j’opte pour la revente. De nombreuses plateformes en ligne existent3. En moins de 10 jours, Le Bon Coin me permet de lui trouver une nouvelle propriétaire. J'ai ainsi allégé mon armoire tout en renflouant mon portefeuille. Pas désagréable du tout !

J'ai aussi laissé de côté trois t-shirts à motifs. Chacun symbolise une époque de ma vie. Même si je ne les mets plus, je ne me voyais pas les abandonner. Inspirée par un ami, je les ai transformés en quelques coups de couture en… sac de courses. Maintenant, quand je les prends, c'est un petit défilé de mode ! J'adore les porter et expliquer leur histoire quand quelqu'un les complimente (j’admets raconter aussi leur histoire à ceux qui ne demandent rien…)

Donnez AUSSI vos vêtements rabougris !

Arrivée là, j'ai trois sacs dans mon salon avec dedans quelques vêtements trop abîmés pour sembler dignes d'un don. Pourtant, au fil de mes recherches, j'apprends sur La Fibre du Tri, plateforme qui recense la plupart des endroits4 où l’on peut apporter ses vêtements usagés, qu’on peut aussi donner ses vêtements abimés : ils sont recyclés !

Un peu curieuse, j'interroge un bénévole de la ressourcerie à laquelle je livre mes sacs. Il m'explique que les vêtements en bon état seront revendus, les plus belles pièces un peu abîmées seront éventuellement réparées avant d'être également vendues : cela permet de financer une partie des activités de la ressourcerie. Le reste est envoyé à leur partenaire recycleur qui fera de ma vieille serviette toute rêche et trouée des chiffons industriels ou de mon piteux gilet de l'isolant. En bref, retenez une chose : donnez TOUS vos textiles, ils ont une valeur et peuvent être recyclés en nouvelles fibres ou objets.

Au quotidien, réparer et créer

Depuis mon déclic vestimentaire, je fais ce grand vide dans les placards environ deux fois par an. J'ai également changé mes habitudes de consommation. Par exemple, je me suis mise à la couture : grâce à des manuels et des tuto sur le web, je fais mes ourlets, recouds des bretelles, reprends un bouton… J'ai aussi mes petites productions originales : je réalise des furoshiki (techniques de pliage de tissus pour emballer les cadeaux), des fanions pour les anniversaires de mes nièces ou encore des éponges tawashi. Ces petits ateliers couture, qui restent quand même assez simples, sont devenus un loisir et une source de fierté personnelle.

Pour les retouches plus complexes, comme pour réparer un sac ou une semelle, je préfère faire appel à des professionnels qu'on peut trouver dans l’annuaire de la réparation de l’ADEME et des Chambres des Métiers et de l’Artisanat. Réparations parfaites assurées !

Sous-vêtements, linge de maison, habits… acheter neuf et responsable

Si je me tourne beaucoup vers la seconde main (friperies, troc party, sites de reventes en ligne…), côté sous-vêtements, c'est ma limite personnelle, je prends du neuf.

Mon habitude pour ces pièces (mais aussi pour le linge de maison et parfois des habits), c'est acheter des écolabels et des marques responsables, en passant par les plateformes type SloWeAre ou le Dressing Responsable. Les tarifs sont plus élevés que dans les grandes enseignes de prêt-à-porter, mais d'une part, avec ce que j’achète en seconde main, je dépense moins, et par ailleurs, c'est selon moi le coût réel pour m’assurer des matières premières plus écologiques et des conditions salariales dignes. À ce sujet, j'aime bien l'opération Detox de Greenpeace : ils poussent plusieurs grandes marques de fast fashion vers des démarches plus vertueuses et vérifient la tenue (ou non) de leur promesses.

Ma fast fashion à moi

Après, côté consommation, j'ai également ma « fast fashion » personnelle. J'ai été invitée à un mariage qui a été l'occasion de tester la location de vêtement. Une robe rien qu'à moi pour un week-end top chrono : c'est agréable d'avoir une tenue nouvelle, chic, pour un petit budget et qui n’encombre pas mes placards.

Pour conclure (s'il le faut vraiment)

En lisant mon témoignage, vous pourriez vouloir tout appliquer du jour au lendemain. C'est louable mais cela peut devenir décourageant. Je suis plutôt dans le principe du pas à pas, changer une chose après l'autre. Essayer, adapter, chercher, inventer à son rythme. La prise de conscience de notre gaspillage me semble la première étape importante. Vider ses placards, c'est interroger l'essentiel : de quoi ai-je vraiment besoin ?

À partir de là, dans une démarche de réduction des déchets, le principe est de ne pas jeter ces ressources prises à la nature : opter pour la seconde main, la réparation, la customisation, la location etc. Pour un achat neuf, c'est se diriger vers des vêtements plus respectueux d'un point de vue social et environnemental. Dans mon principe, pour moins polluer, c'est un peu « chacun sa route, chacun son chemin », le principal étant justement de le prendre ce chemin.

Pour commencer, je ne peux que vous conseiller ce grand tri mais également (l'excellent) quiz que nous avons réalisé à France Nature Environnement : il permet de mieux comprendre l'impact de notre garde-robe sur la planète. Vous pouvez également vous rendre à l'une des centaines de manifestations organisées chaque année à l'occasion de la Semaine Européenne de Réduction des Déchets. Cette année, les associations du mouvement France Nature Environnement mettent en lumière les pollutions liées au textile et les solutions pour les réduire. Enfin, si mon témoignage vous a inspiré ou donné envie de faire ce tri, il pourrait aussi inspirer vos proches… n'hésitez donc pas à le partager : nous gagnerons à être de plus en plus nombreux.

2 Etude Movinga, Sondage international sur les perceptions et l’utilisation réelle de biens de consommation, 2018
Par FNE
Le lundi 12 novembre 2018
Je relaie J'agis Je donne