L'essentiel

Sauver la planète en mangeant

En l’espace de quelques mois, la mobilisation face aux crises climatiques et environnementales a pris une nouvelle ampleur. Elle questionne à la fois le rôle de l’individu désireux d’agir mais se sentant impuissant et celui de gouvernements rechignant à prendre les mesures qui s’imposent. Sans mettre de côté l’indispensable lobbying citoyen – de façon directe ou à travers l’action d’ONG comme la nôtre – l’individu en quête d’un levier d’action lui permettant de faire une réelle différence dans son quotidien pourra se tourner (ou plutôt baisser la tête) vers… son assiette !

Une activité aussi triviale que « faire les courses » peut parfois s’apparenter à un parcours du combattant. Pendant longtemps, les hypermarchés ont connu une croissance exponentielle, en nombre comme en surface, et, avec eux, la taille des rayonnages de denrées, alimentés par des logiques marketing faisant peu de cas des considérations sanitaires, environnementales ou sociales. Heureusement, les alternatives tendent à se multiplier (nouvelles épiceries, magasins de producteurs, AMAP, supermarchés coopératifs…) mais, ce faisant, enrichissent encore une offre face à laquelle on peut rapidement se sentir désarmé.

Pour autant, la demande pour une alimentation durable et de qualité est bien là. Si les scandales alimentaires récents (œufs contaminés au fipronil, vache folle, perturbateurs endocriniens…) ont avant tout placé les questions de santé au cœur des préoccupations, la prise de conscience grandissante des crises affectant le climat, la biodiversité et le monde agricole met en lumière les liens entre ces questions et le rôle clef de notre modèle de production et de transformation des aliments.

Alimentation et environnement : des liens étroits

L’état de l’environnement – la richesse des sols et de la biodiversité, la qualité et la disponibilité de l’eau… – impacte directement notre alimentation et, en retour, celle-ci a une empreinte majeure sur l’environnement.

Si l’ensemble de notre chaîne alimentaire est concerné (production, transformation, transport, consommation…), ses impacts environnementaux, tant positifs que négatifs, sont en premier lieu liés à la production agricole, qui utilise 54% de la superficie du pays.

Or cette activité repose encore trop largement sur un modèle productiviste issu du siècle dernier et soumis à des injonctions économiques et commerciales déraisonnables : emploi massif d’engrais et de pesticides de synthèse, concentration sur quelques variétés végétales et races animales, mécanisation à grande échelle… Autant de pratiques qui ont profondément bouleversé l’environnement dans lequel elles se sont déployées.

66% de l’alimentation mondiale repose sur seulement 9 espèces végétales

Par ailleurs, ce système industriel de l’agroalimentaire et de la distribution tend à la guerre du prix le plus bas, sans se soucier du revenu des agriculteurs et de la qualité des produits.

  • Engrais et pesticides modifient la composition des sols, entraînant notamment une diminution du nombre de microorganismes, d’insectes et de vers de terre qui y vivent. Or cette petite faune du sol est essentielle pour lui apporter la matière organique qui le rend fertile et pour aérer la terre ;
  • La pulvérisation de ces produits entraîne par ailleurs une pollution de l’air à l’ammoniac et aux particules ;
  • Les sols subissent également une pollution aux nitrates dans les régions où se pratique l’élevage intensif ;
  • L’alimentation des animaux d’élevage (soja, maïs…) accapare d’importantes surfaces agricoles et peut être une cause majeure de déforestation dans certains pays ;
  • L’irrigation massive de certaines cultures altère l’équilibre des nappes phréatiques et des cours d’eau.

Photo : Tom Fisk sur Pexels

Du champ à l’assiette

Un quart des aliments que nous absorbons ont été « transformés » d’une façon ou d’une autre (yaourts, plats préparés, pâtisseries, etc.) : les étapes entre le champ et notre estomac sont donc nombreuses et, avec elles, les pressions sur l’environnement. La phase de transformation, qui incombe principalement à l’industrie agroalimentaire, consomme par exemple beaucoup d’eau, nécessaire à la fabrication des produits et au lavage des machines.

En France, l’alimentation est responsable d’un quart des émissions de gaz à effet de serre du pays.

L’étape de distribution, quant à elle, est gourmande en énergie, notamment dans la grande distribution, pour assurer la réfrigération des aliments et le chauffage ou la climatisation des grandes surfaces.

Chaque étape (dont la dernière, la consommation proprement dite) implique des transports consommateurs d’hydrocarbures et émetteurs de gaz à effet de serre. Et chacune joue par ailleurs un rôle dans le phénomène préoccupant du gaspillage alimentaire : 10 millions de tonnes de produits perdus et gaspillés par an en France !

Photo : Sustainable transport sur Flickr CC BY 2.0

Vite, un nouveau modèle !

On le voit, ce modèle de production et de consommation alimentaires est incapable de garantir tant la préservation de notre environnement que celle de notre santé. Il est par ailleurs source d’une sévère injustice sociale en défaveur des petits producteurs.

Heureusement, les moyens de sortir de cette spirale sont connus et ont déjà fait leurs preuves. Reste à les mettre en œuvre collectivement.

Favoriser les productions de proximité

La relocalisation de la production encourage la diversification des exploitations et des cultures et ainsi la résilience des territoires. Elle réduit également les gaz à effet de serre en limitant les transports. Enfin, elle recrée du lien entre agriculteurs et consommateurs.

Réduire la consommation de produits animaux

Produire et consommer moins de protéines animales au profit des protéines végétales relâche grandement la pression sur les surfaces agricoles et la ressource en eau, pour un apport nutritif équivalent. En se tournant vers une consommation de viande de meilleure qualité, meilleure pour leur santé, on favorise aussi le bien-être animal.

Mettre fin au gaspillage alimentaire

En mettant fin au gaspillage alimentaire, nous pouvons épargner à l’atmosphère l’équivalent d’1/3 des émissions de gaz à effet de serre des véhicules particuliers du pays. La lutte contre le gaspillage alimentaire favorise également les cercles vertueux et contribue à une solidarité alimentaire plus durable, offrant à tous les bénéficiaires une alimentation répondant à leurs besoins d’équilibre nutritionnel.

Proposer une alimentation sans risque, accessible à tou·tes

La sortie des pesticides (interdiction des pesticides les plus dangereux et transition vers des modes de production moins dépendants des produits chimiques) freinera le déclin de la biodiversité et permettra aux sols et à l’eau de retrouver leurs richesses et qualités naturelles. Dans le même temps, elle réduira l’exposition des consommateurs, des riverains et des agriculteurs à des produits pouvant causer troubles de la fertilité, maladie de Parkinson, cancers…

Encourager économiquement les bonnes pratiques

La généralisation de ces bonnes pratiques passera nécessairement par leur valorisation économique. L’information claire et complète du consommateur quant aux modes de production des aliments permettra de créer une plus-value pour les pratiques vertueuses, a fortiori lorsque seront réellement pris en compte, dans le prix final, les impacts négatifs du modèle industriel (coût des pollutions et émissions de gaz à effet de serre supportés par la société).

Photo : Erik Scheel sur Pexels

Mission : alimentation

Malgré ce contexte, les habitudes de consommation des Français·es n’évoluent encore qu’à la marge et les ménages ne consacrent plus que 20 % de leur budget à l’alimentation (contre 35 % en 1960). Ceux qui le souhaitent sont malheureusement peu encouragés par des gouvernements bien trop conciliants face au lobby agro-industriel. La « loi alimentation » tant vantée par M. Macron aura ainsi constitué une belle occasion manquée d’amorcer le nécessaire changement de modèle. Et la récente autorisation d’apposer le label « Bio » sur des légumes produits en serres chauffées ne fera que rajouter à la confusion des consommateurs… Car entre les questions nutritionnelles, sanitaires et environnementales, il est difficile aujourd‘hui de trouver une information claire et fiable connectant l’ensemble des enjeux : qualités nutritives, origine géographique, traitements phytosanitaires subis, saisonnalité, transformation, etc.

En matière d’alimentation, le prix est le critère d’achat central pour 3/4 des Français·es (Sofinco – Opinion Way – 2016)

Pourtant, les citoyen·nes sont au cœur de la dynamique alimentaire et peuvent ainsi peser sur le système pour le faire évoluer. C’est pourquoi France Nature Environnement lance à la rentrée 2019 une campagne de sensibilisation : « Mission : alimentation ». L’objectif : faciliter leur engagement dans une démarche d’alimentation durable, favorable à leur santé, bénéfique à l’environnement et rémunératrice pour les producteurs.

Rejoindre la #MissionAlimentation

Diffusée pendant 10 semaines par mail, sur notre site internet et les réseaux sociaux, notre campagne permettra de découvrir et de piocher à leur guise au sein d’un programme d’astuces simples et pratiques : comment réduire son gaspillage alimentaire et sa production de déchets, consommer davantage de protéines végétales que de protéines animales, décrypter les étiquettes, etc.

Bien sûr, un·e citoyen·ne n’est pas qu’un·e consommateur/trice : l’objectif de notre campagne est donc également de vous donner les moyens de devenir ambassadeurs et ambassadrices de l’alimentation durable, en parlant aux restaurateurs, en invitant ses ami·es chez soi pour des repas locaux et bio, en partageant ses recettes de légumineuses et ses bons plans anti gaspi… Mieux informé·es des impacts et des évolutions possibles de notre modèle alimentaire, vous serez également plus à même d’interpeller, avec nous, élus et décideurs pour qu’ils mettent enfin en œuvre les orientations qui s’imposent à l’échelle nationale et internationale (réorientation des aides de la Politique Agricole Commune, fiscalité, règles dans la restauration collective, etc.).

Qu’on soit militant·e, curieux·se ou gourmand·e, engagez-vous dans cette #MissionAlimentation et rendez-vous en septembre pour relever le défi !

Rejoindre la #MissionAlimentation

Source bibliographique : « Alimentation et environnement - Champs d’actions pour les professionnels » - ADEME 2016

Photo : Lee Myungseong sur Unsplash