Chemin de traverse

Le seigneur des fourneaux : repérer, éviter et remplacer les aliments ultra-transformés

La #MissionAlimentation de France Nature Environnement, c'est 10 semaines de défis pour réduire l'impact environnemental de notre assiette. Ce vendredi 4 octobre 2019, nos très chers agents de l'alimentation durable ont reçu dans leur boîte mail le cinquième round de défis maison. Nom de code de ce mailing : Le seigneur des fourneaux.

Dans les épisodes précédents

Le manifeste : votre mission, si vous l'acceptez, consiste à manger durable

#MissionAlimentation : la bande annonce

1 - Moi, moche et succulent : réduisez en purée le gaspillage alimentaire

2 - Label et la bête : apprenez à décrypter les étiquettes alimentaires

3 - Le discours d'un pois : mangeons moins et mieux de viande !

4 - Poulp fiction : manger du poisson sans les menacer de disparition

Et Gandalf cria : « Tous à poêle ! »

Mon précieux, entrez. N’ayez pas peur, entrez dans ce monde fantastique. La légende raconte qu’il donne à certain·es des sueurs froides mais en réalité, il abrite une source intarissable de fiertés pour celui ou celle qui ose l’explorer. Ce monde ? C’est celui de la cuisine. Cette semaine, France Nature Environnement vous invite à arrêter de dégainer un plat tout préparé et cuit en 2 minutes chrono au micro-ondes dès que votre estomac vous demande « qu’est-ce qu’on mange ? ». Pour la #MissionAlimentation de la semaine, nous allons cuisiner, mijoter, rissoler et surtout se régaler en toute simplicité. Allez hop ! Enfilez votre tablier et révélez le seigneur des fourneaux qui sommeille en vous.

Les Orcs ne mangeraient-ils que de l’ultra-transformé ?

Un poil a poussé dans vos mains ? Vous préférez des lasagnes à la viande de cheval saupoudrées d’épices à la crotte de rats avec une pointe de E171 ? Avant cette bouchée, observez les 4 fléaux du royaume des produits ultra-transformés.

Le 1er concerne l’opacité sur l’origine, la composition et la production du produit. Pour effleurer l’ampleur du problème, écoutez les 8 minutes de témoignage d’un repenti de l’agro-industrie. Le titre de son livre résume tout : « Vous êtes fous d’avaler ça ».

La 2ème plaie concerne votre santé. Colorants, édulcorants, conservateurs, exhausteurs de goût… Plus de 300 additifs sont autorisés en France. De plus en plus d’études mettent en lumière le lien entre certains d’entre eux et l’augmentation de risques de dépression, cancers, obésité, hyper-tension, hyperactivité etc. Ajoutez les perturbateurs endocriniens présents dans les contenants : eux détraquent vos hormones. La vaste étude NutriNet-Santé constate ainsi qu’une augmentation de 10% de produits ultra-transformés est associée à une augmentation de 15% de la mortalité.

3ème souci, la nutrition. Ces produits sont souvent trop gras, sucrés et salés mais aussi trop fragmentés, devenant selon des nutritionnistes... de la « fake food » : la matière première est si transformée que fibres et vitamines disparaissent. Vous ne mangez plus, vous vous remplissez

4ème point noir, leur bilan environnemental. Les kilomètres explosent, le suremballage règne, l’huile de palme prend ses aises, le gaspillage sur la route se multiplie… Oui, le produit ultra-transformé n’est définitivement pas votre allié.

Level 1 : Aliments ultra-transformés… Vous ne passerez pas !

C’est bon, vous avez reposé cette bouchée ? Vous êtes donc prêt.e pour votre défi de fainéant : identifiez les armées d’ultra-transformés qui rôdent dans vos placards. France Nature Environnement doit vous prévenir, l’exercice est déroutant. Pour les trouver, utilisez la classification NOVA, adoptée par de nombreux organismes tels que la FAO : cinq ingrédients ou plus, (voire beaucoup plus) avec des noms d’ingrédients introuvables dans une cuisine ? Bingo ! Vous l’avez repéré. C’est un ultra-transformé.

Biscuits, plats préparés, pâtes feuilletées, glaces, charcuterie industrielle… faites le décompte. Il risque de faire mal. Dedans, vous y trouverez nitrite, dioxyde de titane, aspartame, parabènes, glutamate monosodique et d’autres additifs, parfois identifiés par un E suivi de deux ou trois chiffres, soupçonnés d’être cancérigènes. France Nature Environnement milite pour leur interdiction mais, à votre échelle, comment les éviter ? Comment également deviner que dextrose et fructose sont des sucres ? Comptez les noms étranges et munissez-vous d’applications comme Yuka ou Open Food Facts qui vous aident à mieux décrypter les produits.

Level 2 : mon précieux… mijote !

Vous les avez identifiés ? Il est temps de les chasser en se mettant… à la cuisine. Pas de panique, cela peut être simple et rapide. Choisissez 1, 2 ou 3 produits industriels de vos placards et cuisinez la version maison. Pourquoi ne pas réaliser cette semaine votre pâte à pizza maison avec la recette de 750g ou votre pâte brisée ? Rapide, économique et bien meilleure, l’essayer, c’est l’adopter.

Oubliez aussi les gestes qui vous font perdre du temps et des valeurs nutritives : n’épluchez plus si vos légumes sont bio, évitez de remuer pâtes, riz ou vos oignons lorsqu’ils sont couverts dans une poêle. Cuire votre préparation au four ? LA solution pour ne pas avoir à rester en cuisine.

Pensez aussi omelettes, tartes, quiches, gratins, soupes, ou encore plats au four... Ces plats ont l’avantage d’être simples, rapides à préparer et déclinables à l’infini en fonction de vos envies et des saisons. Redécouvrez aussi les épices naturelles et herbes aromatiques, ce sont des alliés de choix pour diversifier vos assiettes et se révèlent souvent bonnes pour votre santé.

Côté inspiration, France Nature Environnement vous recommande chaudement l’application Étiquettable soutenue par l’ADEME. Vous y trouverez une mine (éthique) d’informations sur les produits mais aussi des recettes bas carbone. Encore plus magique que Gandalf.

Level 3 : la semaine zéro produits ultra-transformés, la bataille finale pour le winner qui est en vous

Ce défi vous donne des elfes ? Osez la semaine zéro produits ultra-transformés. Du 100 % fait maison et 0 substances obscures dans votre bidon. Avant cette bataille finale, lisez bien ces conseils.

Ne vous épuisez pas. Inutile de vous lancer dans de nouvelles recettes matin-midi et soir. Cuisinez le double puis mettez au frais, sous bocaux (en les stérilisant) ou au congélo.

Pensez semaine. Prévoir les repas de la semaine, c’est savoir quelles quantités et quels ingrédients acheter.

Optimisez les temps de cuisine. Vous avez votre tablier et votre semainier ? Profitez des temps de cuisson pour concocter plusieurs repas maison. Un mijoté sur le feu ? Les cookies sont en route ! Gain de temps assuré.

Partagez. Coloc, conjoint, marmot, ami·e… quand chacun·e met la main à la pâte, c’est plus sympa et ça va plus vite. Étrennez la soirée ou le dimanche fourneaux avec, dans le lot d’ami·es, l’as cuistot. En plus de glaner des astuces, vous partagerez du bon temps.

Le graal du fait maison et de la satisfaction ? Cuisiner ses propres productions. Et parce que la ciboulette pousse très bien à côté d’une fenêtre (et ce n’est pas la seule), osez cultiver vos légumes ou aromates fétiches. Traçabilité et modes de production des aliments 100 % garantie.

L’article de la semaine... va vous donner des envies d’économies

L’article de la semaine devrait achever de vous convaincre. Il nous vient du canada et permet de répondre à ce genre de questions : combien payez-vous les industriels pour râper votre fromage ou pour préparer votre salade ? Édifiant.

THE question de la semaine

Nous sommes à mi-parcours de la #MissionAlimentation et France Nature Environnement est curieuse de connaître votre degré de motivation.

 

 

Le verdict !

Entre le poids, l’environnement et la santé, quel est le meilleur argument pour faire manger moins de thon et de saumon à un sushivore ? Pour vous, l’argument vainqueur est sans conteste… la santé (à 55%), puis l’environnement (à 32%). Les calories importent à seulement 5 % des répondant.es quand aux 8 % restant, nous leurs adressons des câlins virtuels : ils nous ont promis que ces trois arguments ensemble les poussent à arrêter ou diminuer les sushis. Merci.

L'épisode suivant

Maman, j'ai raté l'AMAP : astuces pour manger local et de saison

Cette chouette #MissionAlimentation est soutenue financièrement par l’ADEME et bénéficie d'un partenariat d'image de 750g.com : merci pour cet appui chers partenaires ! Bravo également à la talentueuse Marion Jouffroy pour les dessins.

Une personne super sympa vous a transmis ce mail et vous aimeriez vous aussi participer à la #MissionAlimentation ? Une seule méthode : signer le manifeste par ici.
Par FNE
Le lundi 07 octobre 2019
Je relaie J'agis Je donne