Chemin de traverse

Maman, j'ai raté l'AMAP : astuces pour manger local et de saison

La #MissionAlimentation de France Nature Environnement, c'est 10 semaines de défis pour réduire l'impact environnemental de notre assiette. Ce vendredi 11 octobre 2019, nos très chers agents de l'alimentation durable ont reçu dans leur boîte mail le sixième round de défis maison. Nom de code de ce mailing : Maman, j'ai raté l'AMAP.

Dans les épisodes précédents

Le manifeste : votre mission, si vous l'acceptez, consiste à manger durable

#MissionAlimentation : la bande annonce

1 - Moi, moche et succulent : réduisez en purée le gaspillage alimentaire

2 - Label et la bête : apprenez à décrypter les étiquettes alimentaires

3 - Le discours d'un pois : mangeons moins et mieux de viande

4 - Poulp Fiction : manger du poisson sans les menacer de disparition ?

5 - Le seigneur des fourneaux : repérer, éviter et remplacer les aliments ultra-transformés

Le drame de la semaine… serait de prendre l’avion

Maman, cette semaine, je vais abandonner l’avion ! Stop les milliers de kilomètres pour une fade tomate décorative. Exit la tarte aux framboises complètement hors saison. Pour transformer le « local et de saison » en une réalité palpable de notre alimentation, nous allons devoir rester sur nos gardes. Super-promo, langoureuse pub, fringale, méconnaissance… les petits traquenards et grands pièges sont nombreux et peuvent zigouiller votre bilan carbone en moins de deux. L’angoisse n’est plus de rater l’avion mais bien de zapper l’AMAP et autres circuits courts. Alors, cette semaine, saisissez votre plan de quartier : la #MissionAlimentation vous fait rencontrer les producteurs du coin.

Tomates en hiver, avocats tous les jours... Maman, c'est la panique climatique

Un petit jus d’orange avant cette expédition ? Aïe aïe aïe, ça commence mal. Ces oranges ont fort probablement parcouru 12 000 km avant d’arriver jusqu’à votre verre : le Brésil est le principal fournisseur au monde. Le documentaire « Jus d’orange, une réalité acide » en dévoile les bien mornes dessous d’un point de vue environnemental, social mais aussi nutritionnel.

Et devinez quoi ? La liste ne s’arrête pas là. Pommes du Chili, haricots verts du Kenya, avocats du Pérou, bananes de Colombie… Votre supermarché préféré vous propose des produits mondialisés, au bilan carbone insensé. Cette mondialisation des systèmes alimentaires s’accompagne d’une autre tendance forte : l’uniformisation de nos goûts et des cultures. Et non, le pays du roquefort n’y échappe pas. En seulement un siècle, 75% des espèces cultivables ont disparu. 75 % et autant de délices perdus, de champs plus monotones, moins favorables à la biodiversité et moins résistants.

Pensant bien faire, certain·es se mettent à manger des légumes bien locaux (youpi!), mais hors saison. Ceux-ci poussent dans des serres chauffées, gourmandes en énergie. Résultat : ces fruits et légumes émettent 10 à 20 fois plus de gaz à effet de serre qu’une culture de plein champ.

L’enjeu est donc de manger local, de saison et tester la variété de votre territoire. Effet bonus de cette démarche : vous soutenez les agriculteurs locaux qui, pour beaucoup, traversent une crise économique profonde. Aujourd’hui, 30 % d’entre eux gagnent moins de 350 euros par mois. Votre panier peut donc bien aider.

Level 1 : Arrghhh... je ne connais plus mes saisons

Quel premier petit pas pour lutter contre cela ? Calendrier. Si vous ne l’avez pas encore, imprimez le calendrier des fruits et légumes de saison réalisé par l’ADEME. En plus d’être bon pour la planète, ces fruits et légumes répondent souvent à vos besoins physiologiques du moment : fruits d’été riches en eau, légumes d’hiver riches en vitamine B9 pour prévenir les infections. Tout bénef'.

Mais allez plus loin avec la saisonnalité... des poissons, du fromage ou encore des viandes. Un poisson de saison est un poisson qui n'est pas dans sa période de reproduction. France Nature Environnement Provence-Alpes-Côte d’Azur a eu la bonne idée de réaliser un calendrier dédié dans son livret Quand je mange, j’agis sur l’environnement et ma santé. Voici l’extrait.

Côté fromages et viandes, c’est le bien-être de l’animal et la qualité de son alimentation qui est en question : la saison permet de suivre les cycles de reproduction (et donc la production de lait) et les temps de pâturage avec des herbes plus vertes. Au final, le prix est moins élevé quand la qualité gustative et nutritionnelle est bien meilleure. Pour le calendrier des fromages, c’est par ici. Celui des viandes se trouve par là.

Level 2 : Motivé.e, je teste un circuit de proximité

Vous êtes donc au point pour choisir vos mets. Reste à trouver un fournisseur... local. Cap sur les circuits de proximité, avec un intermédiaire au maximum entre l’agriculteur et vous. Plusieurs sites proposent d’entrer votre adresse pour trouver vos fournisseurs locaux :

Profitez en pour encourager la biodiversité en testant des variétés rustiques : carottes violettes, choux inconnus… Tout un territoire culinaire à redécouvrir.

Avec ça, vous êtes paré·es. Si vous n’êtes pas encore prêt·e à zapper le supermarché, évitez au moins un traquenard marketing : « transformé en France » et « fabriqué en France » ne garantissent aucunement des ingrédients d’origine France.

Level 3 : Winner ? Lancez-vous dans l’ultra-local

Ultra-motivé·e par le local et de saison ? Visez le zéro kilomètre. Oui oui, vous êtes un winner, devenez votre propre producteur. Il est possible de cultiver en appartement en suivant ces bons conseils ou en utilisant vos restes de légumes et de fines herbes pour les refaire pousser en bord de fenêtre en testant ces astuces. Si vous avez la chance d’avoir un jardin, allez faire un tour dans la rubrique potager du site jardiner au naturel, vous y trouverez bien des infos pratiques.

Votre premier pas de winner sera donc de respecter la saison du jardinage et planter, en ce mois d’octobre, de la menthe, du romarin, sarriette vivace, mélisse, ciboulette, ail ou encore échalote grise. Une belle fierté pour la semaine et les mois à venir.

Pour le tour de passe-passe final, vous allez transformer une carotte en laitue. Pour être plus exact, vous allez transformer vos épluchures de carottes en terreau qui permettra à votre laitue de se déployer. Magique non ? Pour cela, il faut installer son composteur et, là encore, à chaque type d’habitat sa solution, France Nature Environnement vous propose de choisir votre formule. Vous arriverez toujours à un happy end : un méga cercle vertueux.

Testez vos connaissances des légumes oubliés

Pour l’article de la semaine, plein phare sur des légumes malheureusement souvent oubliés : savez-vous reconnaître un topinambour, du rutabaga ou encore la pomme de terre vitelotte ? Faites le test.

THE question de la semaine

 

Le verdict !

Youhouh. Vous êtes une vraie équipe de winner et cela nous donne du baume au coeur. La semaine dernière, 66 % d’entre vous ont déclaré tester la semaine zéro produit transformé, 22 % se sont engagés à mijoter la version maison d’un ou deux produits ultra-transformés quand 9 % sont partis à la recherche des ultra-transformés de leurs placards. Les 3 % restants ? Vous avez lu notre mail et c’est au moins un début !

Voir l'épisode suivant

Million Plastic Baby : comment mettre KO le suremballage ?

Cette chouette #MissionAlimentation est soutenue financièrement par l’ADEME et bénéficie d'un partenariat d'image de 750g.com : merci pour cet appui chers partenaires ! Bravo également à la talentueuse Marion Jouffroy pour les dessins.

Une personne super sympa vous a transmis ce mail et vous aimeriez vous aussi participer à la #MissionAlimentation ? Une seule méthode : signer le manifeste par ici.
Par FNE
Le lundi 14 octobre 2019
Je relaie J'agis Je donne