Chemin de traverse

Million Plastic Baby : comment mettre K.O le suremballage ?

La #MissionAlimentation de France Nature Environnement, ce sont 10 semaines de défis qui arrivent dans votre boîte mail chaque vendredi. Objectif : améliorer pas à pas notre façon de manger pour réduire notre impact environnemental. Ce vendredi 18 octobre 2019, nos très chers agents de l'alimentation durable ont reçu dans leur boîte mail le septième round de défis maison. Nom de code de ce mailing : Million Plastic Baby.

Dans les épisodes précédents

Le manifeste : votre mission, si vous l'acceptez, consiste à manger durable

#MissionAlimentation : la bande annonce

1 - Moi, moche et succulent : réduisez en purée le gaspillage alimentaire

2 - Label et la bête : apprenez à décrypter les étiquettes alimentaires

3 - Le discours d'un pois : mangeons moins et mieux de viande

4 - Poulp Fiction : manger du poisson sans les menacer de disparition ?

5 - Le seigneur des fourneaux : repérer, éviter et remplacer les aliments ultra-transformés

6 - Maman, j'ai raté l'AMAP : astuces pour manger local et de saison

Cette semaine, visez la victoire par KO

Montez sur le ring. Cette semaine, nous allons mettre KO un adversaire aussi tenace qu’omniprésent. Il s’est glissé dans votre salle de bain, trône dans votre cuisine, s’invite dans vos pique-niques et déjeuners sur le pouce, fait déborder vos poubelles, squatte les océans, s’infiltre dans l’eau, l’air, les sols et même vos poumons. Ce sans-gêne, c’est le plastique, aidé par son fidèle acolyte le suremballage. Mesurer l’étendue de leurs trophées, c’est prendre un sacré uppercut. Rassurez-vous, nous allons multiplier les esquives et bosser votre coup droit. Alors musclez votre cerveau car la #MissionAlimentation de France Nature Environnement vous invite à détrôner l’indétrônable… Plastiiic Kiiinnnng. 3,2,1 Boxez !

Arrêtons de nous emballer

« Pas cher », « pratique », « protecteur »... Prenez garde, le suremballage est dopé aux bonnes excuses. Ce combat va donc exiger une fine étude de son jeu de jambes. Chaque année, un.e français.e jette 80 kg d’emballages dont 26 kg facilement évitables en esquivant les produits suremballés. Sur un seul produit, jusqu’à 85 % de son poids et 65 % de son prix peuvent être dédiés à l’emballage. Outch. En tout, plus d’1 million de tonnes d’emballages a été mis sur le marché en France en 2018. Oui, 1 milliard de kilos, catégorie giga poids lourds.

Pour créer ce mastodonte, des matériaux ont été extraits dans la nature, traités, transformés, transportés pour un usage souvent unique et éphémère. Puis zhou, à la poubelle, direction, au mieux, le recyclage mais principalement la décharge, l’incinérateur ou pire, la nature.

Et sur ce ring, le plastique règne en maître. C’est un acharné. Ultra-résistant au temps, il se désagrège peu à peu en microparticules. Il en devient facilement ingérable et inhalable. Vous, par exemple, vous en ingérez 5g par semaine, soit l’équivalent d’une carte de crédit selon un rapport de l'université de Newcastle commandé par le WWF. Il attaque notre santé sur tout son cycle de vie alerte un rapport du CIEL. Si elle vacille, l’environnement aussi. Le plastique contamine l’eau, l’air, les sols, les êtres vivants. En 2050, il devrait ainsi y avoir plus de plastique que de poissons dans l’océan.

Alors pour ce combat, souvenez-vous de ces mots de Julien Lorcy « La vie, c’est comme dans la boxe, en 4 mots : avance, encaisse, esquive et progresse. »

Level 1 : Échauffement, cognez le suremballage

Pour progresser, bossez l’esquive. Votre nouvelle devise ? « Le meilleur déchet, c’est celui qui n’existe pas ». En guise d’échauffement, pas de séries de pompes mais un tour de piste de vos derniers achats pour distinguer l’utile du futile.

Car oui, vendre des yaourts sans pot est compliqué, mais est-ce une raison pour les enrober d’une couche de plastique ou de carton supplémentaire ? Pourquoi dans une boîte de biscuits mettre chaque gâteau sous un film plastique ?

Fromages, céréales, yaourts, pâtes, plats préparés… comptez le nombre d’emballages de vos dernières courses. Votre prochaine mission : trouver la version monocouche des plus grands suremballés. Un premier crochet du droit à ces 26 kg de déchets évitables facilement.

Apprenez également à les distinguer. Les pires ? Ceux qui vont direct à la poubelle ménagère. Puis viennent les recyclables (si vous pensez à les recycler). Le processus est énergivore mais la matière a - en partie - une seconde vie. Préférence pour les cartons et verres, recyclables plusieurs fois, quand un plastique recyclable ne resservira qu’une seule fois. Chouchoutez enfin vos alliés : le contenant que vous allez réutiliser ou réemployer, à l’image de ce pot de sauce converti en pot à confiture (et vice et versa).

Level 2 : Sortez des cordes, allez vers le vrac

Motivé.e ? Passez à l’offensive en testant un magasin en vrac.

Premier direct du droit, s’équiper : sachets et boîtes hermétiques pour le transport, bocaux, contenants en verre et autres boites pour stocker dans ses placards et frigo (oubliez le film étirable s’il vous plaît). Misez en premier sur les boîtes que vous avez déjà, cela évite un achat. Côté sachet, les rédactrices de cette mission sont extrêmement fières d’avoir cousu les leurs dans d’anciens vêtements (plusieurs tutos disponibles par ici). Vous pouvez aussi conserver vos sacs en kraft et les réutiliser jusqu’à épuisement avant de les recycler.

Deuxième crochet du gauche, rendez-vous dans un magasin de vrac. Pour trouver des points de vente près de chez vous, allez donc jeter un œil sur le site ConsoVrac : entrez votre adresse, le site vous indiquera les points de vente à proximité. Et si vous voyez des oublis, n’hésitez pas à compléter la liste, le site est participatif. Vous l’avez trouvé ? Votre défi est maintenant d’y aller. Votre achat en vrac est un excellent moyen de limiter votre consommation d’emballage tout en achetant la juste quantité. Des économies d’emballage mais aussi d’argent : selon l’ADEME, vous payez entre 10 % et 45 % moins cher, à produit équivalent. N’est-ce pas tentant ?

Level 3 : Uppercut dans le plastique

Toujours pas essouflé.e ? Votre âme de winner nous plaît, relevez donc le défi d’une semaine... sans plastique. Nada, rien, nichts. Pas de plastique dans votre alimentation, c’est excellent pour votre bilan emballage mais aussi pour votre santé. Parmi les nombreux types de plastiques, certains possèdent des particules toxiques qui peuvent migrer dans les aliments, notamment au contact de la chaleur et de la lumière (et votre santé n’aime pas ça).

Allez… tentez ! C’est une expérience sociale captivante et... déconcertante. Pour vaincre, souvenez-vous des bons conseils du seigneur des fourneaux. La cuisine, les produits bruts et le vrac seront vos meilleurs alliés. Bye bye les rayons libre-service, vous allez également devoir vous sociabiliser : « Bonjour, je fais une semaine sans plastique, est-ce que vous pourriez mettre ma petite tranche dans cette jolie boîte s’il vous plaît ? ».

Pour un plaisant uppercut, misez aussi sur la consigne, ce système où le contenant rapporté n’est pas recyclé mais juste (très bien) lavé. C’est moins énergivore, ultra-classe mais malheureusement encore peu développé. Les sites de Jean Bouteille ou de la Crevette diplomate peuvent cependant vous aider à trouver un magasin la proposant près de chez vous.

L’article de la semaine… va vous rendre heureux

Lutter contre le suremballage, c’est un premier pas pour réduire ses déchets. Et devinez quoi ? Ce mode de vie sobre en déchets contribue à vous rendre... heureux. Oui oui, lisez ça et gardez le sourire.

THE question de la semaine

Après moult débats, les équipes de France Nature Environnement n’arrivent pas à se mettre d’accord sur les situations d’emballages les moins compréhensibles.

 

 

Verdict ? Vous êtes gourmand·es :)

Ha la gourmandise... Notre question a dû vous poser un grand dilemme mais c’est sans conteste le chocolat qui vous fait fondre. En effet, si vous ne pouviez garder qu’un seul aliment non local dans vos placards, 61 % d’entre vous se saisissent du chocolat. 32 % préfèrent avoir les yeux ouverts avec un bon petit café quand les 7 % restant prennent leurs vitamines dans un fruit exotique.

Voir l'épisode suivant

8 - Harry Water à l'école des sourciers : conseils pour boire de façon plus écologique

Cette chouette #MissionAlimentation est soutenue financièrement par l’ADEME et bénéficie d'un partenariat d'image de 750g.com : merci pour cet appui chers partenaires ! Bravo également à la talentueuse Marion Jouffroy pour les dessins. Une personne super sympa vous a transmis ce mail et vous aimeriez vous aussi participer à la #MissionAlimentation ? Une seule méthode : signer le manifeste par ici.

Par FNE
Le lundi 21 octobre 2019
Je relaie J'agis Je donne